lundi 18 février 2019
 

Évoquer la maladie d’Alzheimer avec simplicité et tendresse

Quand plus rien ne sera plus comme avant

This frightful disease with memory lapses that smash into pieces the daily life of the patients

4 minutes et 40 secondes pour évoquer la maladie d’Alzheimer, cette abomination qui menace ceux d’entre nous vieillissant. Et pour illustrer cette épouvante, les élèves de l’Ecole des Gobelins qui ont réalisé ce film ont eu la finesse d’articuler le déroulé de leur scénario autour de l’image de ces petites pages auto- collantes, les fameux memo, qui constituent tout à la fois le titre du film et le symbole d’un mal qui prend de plus en plus de place dans notre société. Pour le patient plus rien ne fait sens, c’est une incompréhension totale du quotidien, des « choses de la vie », c’est une inquiétude et une angoisse qui isolent, une incommunicabilité, une perte de repères qui broient les certitudes et (...)

lire la suite »

Le Quatrième Reich : Bormann, Hitler, la traque

Un dossier exceptionnel WUKALI : les réseaux nazis pour fuir en Argentine

Frightful moments of European history. Nazi networks to escape and flee to Argentina and South America

Le Troisième Reich s’est effondré en 1945. Un nombre considérable de dignitaires nazis, quelques milliers entourés de leurs fidèles chiens de garde, ont réussi à échapper au châtiment en s’enfuyant, par l’Italie :« la route des monastères »(appelée aussi « le route des rats »), puis par l’Espagne, vers l’Amérique du sud : Chili, Paraguay, Bolivie, Brésil et surtout Argentine. Le grand public ignore encore que la volonté de revanche de tous ces criminels les poussa à imaginer la possibilité de créer un « Quatrième Reich »(1)( terme créé par Pierre Béhar après la réunification allemande) sur le sol sud-américain, avec tentative de déstabilisation des États-Unis, dans les quinze années qui suivirent le deuxième (...)

lire la suite »

Le dessinateur Joann Sfar et les relents antisémites du mouvement des Gilets jaunes

Contre la culture de l’excuse

Within the Yellow jackets movement, an antisemitic swamp, a melting pot of radicals right and left, neo fascists and trotskists

Joann Sfar, artiste aux multiples facettes, auteur de bandes dessinées, de l’album et du film d’animation le Chat du rabbin et de plusieurs romans, a réagi dans une tribune publiée sur FaceBook aux relents antisémites et fascisants présents dans le mouvement des gilets jaunes. ( voir tribune dans Wukali) Joann Sfar dénonce dans une analyse très fine la « culture de l’excuse » qui percole dans notre société et dédouane les manifestants (« le peuple » comme on dit ) de toute responsabilité, de toute rigueur morale et dont on ne peut constater aujourd’hui qu’avec effroi les ravages P-A L Tribune de Joann Sfar publiée dans FaceBook “Je garde un silence de tombe depuis cette histoire de gilets jaunes. (...)

lire la suite »

Renaud Capuçon et Lausanne Soloists en exclusivité

Premier concert public d’une tournée mondiale

Renaud Capuçon, smart, elegant and so romantic a musician !

Ce samedi 9 février 2019 à Aix-en-Provence, au Grand Théâtre de Provence, la boucle s’est refermée d’une bien jolie façon sur le jeune festival « C’est dans mes cordes » avec une affiche et un programme séduisants, Renaud Capuçon et le Lausanne Soloist. Ce festival s’est déroulé du 2 au 5 février avec 5 concerts : Miloš Karadaglic, Edgar Moreau et David Kadouch, Café Zimmermann, Narek Hakhnazaryan et Renaud Capuçon et Lausanne Soloists. Cinq rencontres au sommet. Encore un autre festival à Aix direz-vous ? Aix terre de festival, indéniablement. Cela fait partie de l’ADN de la ville de mettre en regard des artistes majeurs et des jeunes talents. A partir de cette saison, le théâtre proposera chaque (...)

lire la suite »

1815 une année folle

Bassesses, lâchetés, pas de deux, versatilité, courage aussi au moment de la chute de Napoléon

The year when Napoléon was defeated, left power, then came back. A splendid historical research work

L’année folle est cette fameuse année 1815 qui a vu tant et tant de rebondissements au niveau politique. En moins de quatre mois, la France a connu l’Empire, la première Restauration, les 100 jours et la seconde restauration. Napoléon, Louis XVIII, Napoléon, Louis XVIII ; de quoi avec le tournis. Les Français, de fait, eux sont peu sensibles à ces changements, bien que... Ce qui est certain c’est qu’ils ne veulent pas d’un retour total à l’Ancien Régime comme le souhaitent les ultras autour du comte d’Artois (surtout ceux qui se sont enrichis avec la vente des Biens nationaux) et surtout ils veulent la paix. Paix et sûreté juridique et ils seront heureux. Aussi, si celui qui arrive au pouvoir les leur (...)

lire la suite »

Edgar Moreau et David Kadouch en concert

Délicatesse, sensibilité, toucher, fougue, couleurs et émotions, une musique française comme on l’aime

Superb French music played by two brilliant, young and generous musicians

Le violoncelliste Edgar Moreau et le pianiste David Kadouch, tous les deux lauréats aux Victoires de la Musique Classique, se sont produits sur la scène du Conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence, ce mercredi 6 février. Dans le cadre du festival « C’est dans mes cordes », qui s’est tenu du 05 – 09 février 2019, Ils nous ont proposé les incontournables sonates pour violoncelle et piano de César Franck (transcription pour violoncelle et piano de Jules Delsart en 1887) et de Francis Poulenc, mais aussi une autre sonate pour violoncelle et piano, de toute beauté. Une pièce rare, une réelle découverte pour beaucoup : Rita Strohl - Grande sonate dramatique pour violoncelle et piano « Titus et (...)

lire la suite »

La politique de l’autruche, un film d’animation, un conte politique !

Une réflexion légère sur un sujet sérieux

More than an animation movie, a philosophical tale

Dans ma toute dernière chronique je mettais en garde sur le risque de conformisme auquel les techniques digitales peuvent conduire en matière de film d’animation. L’encre à peine séchée ( toute virtuelle fut elle) ma remarque est balayée d’un trait avec ce tout récent film réalisé par Mohammad HouHou, jeune Libanais tout juste diplômé de l’école des Gobelins à Paris. Il a pour titre : La politique de l’autruche ! Un monde imaginaire ( ou si peu), peuplé d’autruches, et dirigé par un président veule. Un monde post orwellien où chaque individu se dissimule le réel et se laisse conduire à accepter toutes sortes de décisions, où la lâcheté collective fait office de citoyenneté, où l’immobilisme tient lieu de (...)

lire la suite »

Trajan le meilleur des empereurs romains

Une biographie passionnante

An impressive historical research about one of the most famous Roman emperors

Trajan (né en 53, empereur de 98 à 117) fut-il le « meilleur des empereurs » comme l’a désigné la postérité ? C’est à cette question qu’essai de répondre Christophe Burgeon dans une biographie savante qui prend en compte les derniers avancements scientifiques sur cette époque de l’empire romain. Contrairement à ses prédécesseurs, il apporte une lecture critique sur les deux principales sources écrites sur cette époque : Pline le Jeune et Dion Cassius qui étaient loin, très loin d’être objectifs (surtout le premier qui faisait partie de « la garde rapprochée » de l’empereur). La mauvaise réputation de Domitien trouve ses racines dans l’œuvre de ces deux écrivains, car il sert souvent de « faire valoir » à son (...)

lire la suite »

Nouvelles Pièces courtes, du très grand Philippe Decouflé

On the wings of dreams with Decouflé, French choreographer, dancer, mime artist, and theatre director

C’était du 1er au 03 février 2019 au Grand Théâtre de Provence. C’est l’un des chorégraphes préférés des Français. Sa carrière est internationale. Il a réalisé des chorégraphies pour le Crazy horse, les Jeux olympiques d’Alberville, le Cirque du Soleil, pour n’en citer que quelques unes… Philippe Decouflé présentait avec sa compagnie DCA une création très originale : « Nouvelles pièces courtes ». C’était étonnant, décoiffant, étourdissant, drôle, poétique… Voilà une bien belle idée, un joli concept que de travailler un spectacle composé de plusieurs pièces courtes. Et qu’importe si elles n’ont pas grand rapport entre elles. Cela nous donne l’occasion de découvrir plusieurs couleurs, plusieurs langages, plusieurs pays, (...)

lire la suite »

La lamentable histoire du Baiser de Brancusi au cimetière Montparnasse

Controverse judiciaire entre des ayant-droits russes et l’état français

Russian so-called heirs looking for recovering a statue created by Brancusi, Le Baiser, and remaining in Paris in Montparnasse cemetery

Constantin Brancusi* ( 1876-1957) a créé une série de 40 œuvres de ce modèle qui montre deux amants enlacés. En règle générale, l’artiste pratique la taille directe : il n’y a quasiment jamais de modèle préparatoire. Chaque version est travaillée en fonction du matériau qui la compose.La première dès 1905 : il s’agit d’un marbre rose. Au fur et à mesure, l’artiste simplifie les formes, qui deviennent de pures géométries sculptées formant un bloc compact. L’exemplaire auquel nous nous attacherons appartient à la tombe de Tatiana Rachewskaïa, une jeune russe qui se suicida à Paris, en 1909, et qui fut enterrée au cimetière du Montparnasse. Pourquoi celui-ci ? Parce qu’une violente controverse, juridique et (...)

lire la suite »

Le Baiser de Sophie Brocas, un roman inspiré par la sculpture de Brancusi

Sous le froid marmoréen de la pierre, la vibration de la plume d’une romancière

The enigmatic story behind a statue by Brancusi which ornaments a tomb in a cemetery in Paris

Le baiser de Brancusi, ou plus exactement la série que le génial sculpteur roumain a fait autour de ce thème. Une de ces œuvres qui ont ouvert de nouvelles voies, de nouveaux univers au monde de l’art. Le baiser de Brancusi est le thème, le héros, le fil conducteur du troisième roman de Sophie Brocas. Mais pas n’importe quelle sculpture de la série, non, une bien précise, représentant un couple debout en train de s’unir et qui se trouve sur une tombe dans le cimetière de Montparnasse. À côté d’autres œuvres plus « classiques » se trouve, enchâssée dans une tombe cette sculpture que l’on imagine plus exposée dans un musée d’art moderne qu’au milieu d’autres tombes. Paradoxe de ce baiser signe de vie, de (...)

lire la suite »

Lettres à Joséphine de l’insupportable et talentueux Nicolas Rey

Un sacré style, un livre à ne pas mettre entre toutes les mains

Nicolas Rey, French hipster and good novelist, his new erotic novel

Et revoilà Nicolas Rey ! Exactement le même personnage que nous avions quitté à la fin de son dernier roman. Soit, sa situation financière a eu l’air de s’être quelque peu améliorée, mais il est identique à lui même : pleurnichard, en déroute, énervant mais toujours attachant et sympathique. Dans Lettres à Joséphine, le voilà en déroute amoureuse ! Et oui, Nicolas a vécu cinq ans avec la belle Joséphine avant qu’elle ne lui annonce qu’elle est amoureuse d’un autre. Elle n’opère pas une coupure franche, loin de là, elle reste continuellement en contact avec lui, ce qui indéniablement a pour effet de l’entretenir dans l’espoir qu’elle va revenir. S’ensuit une longue litanie de pleurnicheries, de révoltes, de non (...)

lire la suite »

Le grand débat Mitterand- Chirac retransmis au Toursky

Deux bêtes de la politique, des phrases qui font choc, des acteurs sensationnels J. Weber et F. Morel

Intermingling politics, theater and literature, a French parangon

C’était en 1988… mais c’était aussi en 2019, au Théâtre Toursky de Marseille. Samedi 2 février, le face à face entre Jacques Weber et François Morel fera date ! S’il est question en ce moment de grand débat national, ouvert à tous, il en est un qui a fait date, c’est bien celui entre Mitterrand et Chirac en 1988 ! Rappelez vous. À l’entre-deux-tours des élections présidentielles le président sortant, François Mitterrand se retrouvait face à Jacques Chirac, son Premier ministre, pour un débat télévisé qui restera un moment d’histoire exceptionnel. Qui de mieux que Werber/Morel pour nous faire revivre ce moment d’anthologie ? Jacques Weber et François Morel jouent le débat télévisé qui opposa deux « généraux (...)

lire la suite »

Philippe Sabres pour son premier roman choisit J-J Rousseau

Rousseau haïssait Voltaire, désorientait Diderot, et insultait Walpole !

Rousseau, an impotent, bitter and egotistical writer.

Philippe Sabres, connu dans le monde du théâtre comme comédien et auteur de pièces de théâtre, nous livre ici son premier roman. Un roman d’une grande érudition qui mêle aussi bien une description, une étude du monde du théâtre qu’une réflexion sur Rousseau et son « œuvre », avec en fond, le société de cette fin du XVIIIè siècle dans le royaume de France. C’est beaucoup (certains penseront que c’est trop). Il est indéniable que parfois des réflexions finissent par devenir digressions qui apportent peu à l’histoire. Et que dire de certaines descriptions qui semblent être présentes plus pour montrer le savoir, les connaissances de l’auteur (le passage sur la théorie de Franklin démontrant que la foudre est (...)

lire la suite »
Articles précédents : 0 | 14 | 28 | 42 | 56 | 70 | 84 | 98 | 112 | ... | 2422
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes