dimanche 18 novembre 2018
 

Les Cro- Maçons de l’âge de pierre ...

Quand les hommes de l’âge de pierre traitent de sujets d’aujourd’hui

Men and women in the Prehistoric age with contemporary definitions ! Odd and funny

Jean Paul Guigue et la maison de production Je suis bien content ont produit pour la chaîne Arte une série de films d’animation Silex in the city, s’inspirant de la bande dessinée de Jul parue aux éditions Dargaud. Il s’agit d’une saga familiale et d’une satire de notre société. Les héros vivent 40.000 ans avant notre ère ! Ce n ‘est pas sans rappeler Flintstones (en français : les Pierreafeu) une série américaine créée par William Hanna et Joseph Barbera dans les années 60, le clin d’oeil vaut aussi pour le titre qui renvoie à une autre série américaine Sex in the city ! Le paléolithique revu et corrigé dans une approche contemporaine, les sujets sont astucieusement remis en perspectives, la collision du (...)

lire la suite »

Le Centre Pompidou communique à l’aise dans ses baskets

Dérision et second degré, une campagne de communication plutôt sympathique

I love Paris in the spring time
I love Paris in the fall
I love Paris in the winter when it drizzles
I love Paris in the summer when it sizzles
(Bing Crosby)

Voici le tout nouveau « clip », l’outil de communication, la video réalisée pour le Centre Pompidou à destination des publics anglophones. Il est assorti d’un commentaire en anglais qui mettrait l’accent de Maurice Chevalier au niveau académique, ou mieux encore celui de Jean Lassalle, candidat éphémère (et ariégeois) de l’élection présidentielle, dans une interview en anglais sur CNN, au rang de modèle phonétique et de prononciation. Ce commentaire, ce dialogue c’est le cœur vivant de cette video. C’est très drôle. Un sens de la dérision. Le français comme on l’aime, dans son jus et sa caricature. Un accent anglais, ou plutôt une absence d’accent, qui sent le terroir hexagonal : camembert, béret basque, (...)

lire la suite »

Tout savoir sur Les Gaulois aux éditions Perrin

Remarquable travail d’historien de Jean-Louis Brunaux

The genuine and mythical core of French roots

Les amateurs d’histoire et plus spécialement de l’histoire de France avant la conquête romaine connaissent le travail de Jean-Louis Brunaux qui est considéré comme le principal spécialiste de cette période. Son travail a mis à mal les « interprétations » de ces illustres prédécesseurs comme Camille Julian ou Michelet (mais ils ne disposaient pas de tout le matériel actuel, obtenu essentiellement grâce à l’archéologie) et les « fantasmes » que l’école a véhiculé durant bien des générations. Il ne faut pas croire ce qu’a écrit César, la Guerre des Gaules étant tout de même une source importante pour comprendre cette société. Mais c’est aussi les mémoires d’un vainqueur qui « arrange » les faits à son bénéfice. Il (...)

lire la suite »

La Fibre lyrique. Ambroise Thomas par Georges Masson

In memoriam Georges Masson, critique musical et ardent messin

A famous composer born in Metz

Georges Masson a remis en mémoire et célébré le compositeur messin Ambroise Thomas. En hommage, nous publions l’article qu’il nous avait accordé et que Wukali avait publié le 4 novembre 2011. P-A L Georges Masson possède tous les talents de l’esprit et sa plume pétillante et profonde sait à merveille faire revivre les œuvres et les artistes dans des chroniques qui par elles-mêmes sont des petits bijoux brillants et lumineux. Tout à la fois musicologue, fin critique et journaliste passionné dans l’âme, amateur d’art dans le sens où Jacques Copeau le définissait, « étimologiquement celui qui aime", il préside le Cercle Lyrique de Metz. Georges Masson est la cheville ouvrière de ces manifestations messines (...)

lire la suite »

Canova, buste de Napoléon Ier en empereur romain

Le summum du néo-classicisme en sculpture

When neo-classical artists meet their Greek or Roman masters

Antonio Canova (1757-1822) est le plus célèbre sculpteur de l’époque néoclassique dont il fut la plus belle expression : son tempérament naturel était en adéquation avec la période. Son œuvre est universellement connue, ses rapports délicats avec l’empereur Napoléon Ier aussi : dès 1802, il avait été convoqué à Paris pour réaliser le buste du Premier consul. L’artiste devint alors le sculpteur favori de l’autocrate, mais il est de notoriété publique que Canova était loin d’admirer l’homme qu’il regardait comme un tyran dont les idées, le comportement et les pillages le révulsaient. Malgré tout, il en accepta les ordres : l’argent n’a pas d’odeur( dixit Vespasien). Ce sont les commandes de Napoléon Ier, voire des (...)

lire la suite »

Quand une star de la scène s’effraie des ravages du temps sur son corps

Screen romance, un film réalisé par les étudiants de Supinfocom Rubika

When a star of the music hall tries to fight wrinkles and to tighten and plump skin...

C’est à Valenciennes qu’est installé Supinfocom Rubika, l’une des grandes écoles françaises du cinéma d’animation ou pour être encore plus précis, de la création numérique. Une parfaite maîtrise des outils 3D, on n ‘en attend pas moins d’un tel établissement de prestige, mais surtout une qualité de finesse, de légèreté et d’humour dans le traitement des sujets réalisés par les étudiants, pour qui a l’habitude, le cinéma français d’animation possède un véritable savoir faire, une marque de fabrique en quelque sorte, mais surtout une qualité humaine qui la distingue dans le traitement psychologique du scénario et des personnages. Observons aussi la qualité des musiques qui font décor sonore. Screen romance a été (...)

lire la suite »

Stella Gibbons, une excellente romancière anglaise

Dans la veine des grands auteurs britanniques

So British !

Une des plus grandes œuvres de Dickens, et de la littérature anglaise, est sûrement Les contes de Noël ( A Christmas carol). On connaît l’importance dans la culture anglo-saxonne de la fête de Noël et des milliers d’histoires, légendes, contes qui traitent de cet évènement annuel attendu par tous petits et grands, mais haït par les dindes. Quoiqu’il en soit, Stella Gibbons nous trompe, enfin un peu... Elle est anglaise et se doit donc d’écrire au moins une nouvelle autour de cette fête et c’est ce qu’elle a fait. Mais il n’y a qu’une nouvelle autour de Noël, les quatorze autres, elle n’y fait aucune allusion. Il existe un fil conducteur : la morale victorienne autour des bonnes manières, du « (...)

lire la suite »

Le Roy se meurt. Au coeur de l’histoire de France et à Metz.

Quand la favorite et la reine se croisèrent sans se voir sur la route de Metz à Paris

When Louis XV almost died in Metz

En 1744, dans la ville de Metz, l’histoire de France et celle de l’Europe a failli prendre un tournant totalement différent de celle que nous avons appris à l’école. C’est ce moment qu’analyse Pierre Brasme dans son dernier livre Le roy se meurt Louis XV à Metz (août-septembre 1744). La maladie de Louis XV a été suivie par toute l’Europe, tant les conséquences de la mort souhaitée ou redoutée du monarque régnant en France étaient importantes au niveau de la géopolitique de l’époque. L’histoire est connue, du moins à Metz ou par les amateurs du XVIIIe siècle. Le roi Louis XV qui vient d’avoir, 34 ans face à l’avancée des Autrichiens en guerre contre qui la France, se rend en Flandres puis doit aller en (...)

lire la suite »

Les Huguenots de Meyerbeer à l’Opéra Bastille

On est passé très près du chaos

J.L Meyerbeer, famous composer of the famous French Grand Opera genre.

Stéphane Lissner, avec la reprise des Huguenots de Meyerbeer, ouvrait, en grande pompe, les festivités du 300e anniversaire de la naissance de l’Opéra de Paris dont il est le directeur artistique. Les Huguenots ont quitté l’affiche depuis quatre-vingt-deux ans, le 28 Novembre 1936 pour être précis. Soit 100 ans après sa première représentation puisque la création de l’œuvre date du 29 Février 1836. Plus de mille cent représentations eurent lieu entre la création de l’œuvre et sa disparition du répertoire de l’Opéra. On a presque de la peine à imaginer un tel succès. Plus proche de nous, dans les dernières années, cette œuvre n’est que très rarement au frontispice des maisons d’opéra. C’est donc un (...)

lire la suite »

Alphand, directeur des travaux de Paris, créateur des parcs et jardins

Des jardins pour rendre Paris encore plus beau

Without his green touch Paris wouldn’t be alike now !

Sans Hausmann, Paris ne serait pas la ville qu’elle est. C’est vrai ! Mais sans Jean-Charles Adolphe Alphand, elle ne passerait sûrement pas pour la plus belle ville du monde, de par son charme, ses proportions, son équilibre. Le préfet baron a donné un style, Alphand l’a mis en valeur. Jean-Charles Adolphe Alphand, ingénieur des ponts et chaussée, affecté à Bordeaux est remarqué non seulement par le préfet de Gironde, Hausmann, mais aussi par l’empereur car c’est lui qui organise la cérémonie de bienvenue quand Napoléon III fait son entrée triomphante à Bordeaux. Quand Hausmann est nommé Préfet de la Seine et reçoit pour mission de créer le nouveau Paris, il demande à Alphand de le suivre et le nomme (...)

lire la suite »

L’exposition Chagall, du noir et blanc à la couleur présentée à Aix

Un Chagall contrasté redécouvert de Vitebsk à Paris

In the black and white and colored intimacy of Marc Chagall

MARC CHAGALL, figure emblématique de l’art russe, le maitre de la couleur se révèle aussi en noir et blanc. Le noir et blanc de l’image photographique fait face aux éclats de couleurs. C’est au Centre Caumont d’Aix-en-Provence. 130 œuvres (peintures, dessins, lavis, gouaches, collages, sculptures, céramiques). « Nous présentons au public des œuvres précieuses, collectées de par le monde, dont certains prêts de musées japonais, ce qui est extrêmement rare. » commente Ambre Gauthier, à l’occasion de la visite presse ce mercredi 31 octobre. chargée de recherches au Comité Marc Chagall, une des commissaires de l’exposition ;. « Nous suivons l’exploration du noir et blanc vers une maîtrise revisitée des (...)

lire la suite »

Father, un récit à 5 voix, un film d’animation bulgare

Quand les enfants expriment leur douleur quand le père fuit

Five dialogues uttered by children who claim their pain and loneliness because their fathers, in their selfishness, didn’t bear their responsibilities as genitors

Voici un film « Father » (son titre est explicite) qui nous vient de l’Est, comme l’on disait naguère et plus précisément de Bulgarie, c’est d’ailleurs aussi une co-production bulgaro- croato- allemande (2012). Il a été réalisé par Ivan Bogdanov, quant au scénario il a été imaginé par le réalisateur anglais Phil Mulloy à la suite de conversations avec des enfants. C’est l’histoire de cinq enfants abandonnés par leur père. Cinq récits d’une grande sobriété, d’une grande tristesse, qui se chevauchent, des histoires d’abandon, de souvenirs pénibles, de détresse et de solitude, des vies interrompues où des éclairs de mémoire, de déchirements et de deuils, réussissent à percer à travers le temps, des images fanées (...)

lire la suite »

Le festival mondial du Théâtre de Nancy, histoire d’une épopée formidable

Un livre foisonnant de théâtre dans une France qui se redécouvre

About the world famous Nancy international Theater festival

Comme neige au soleil, Le festival mondial du théâtre, tel est le beau titre du livre écrit par Lew Bogdane et Pétra Wauters dont les chroniques sont bien connues des lecteurs de Wukali, et qui est consacré à l’histoire de ce festival qui connut une fabuleuse gloire à Nancy de 1963 à 1983. Comment aborder un tel ouvrage, d’abord un volume épais et dense, près de 600 pages ! Le théâtre bien évidemment, et essentiellement dans ses dimensions prométhéennes, mais c ’est aussi un livre d’histoire, au singulier comme au pluriel du mot d’ailleurs. Et cette ouverture exceptionnelle positionne ce livre comme des mémoires d’un temps intellectuel, culturel et politique passé de la France et de l’Europe, une (...)

lire la suite »

Tolstoï en blinis ou koulibiak … !

L’autre Tolstoï, tyran domestique

The unknown and mean personality of this immense writer

Ce ne sera bientôt plus « Guerre et Paix » ou « La sonate à Kreutzer » qui resteront dans la mémoire des touristes qui visiteront le domaine de Léon Tolstoï, Iasnaya Polyana,( Ясная Поляна) en Russie, mais des cours de cuisine directement copiés des cahiers de sa femme, Sofia Andreevna. En effet afin d’attirer de nouveaux visiteurs, le chef du restaurant du musée du domaine, « Dvoryanskaya Usadba » (Дворянское гнездо), Nikolaï Muraviev, a concocté toute une stratégie de communication initiée par des cours de cuisine, une application IPhone, des expositions, directement repris des recettes célèbres que Sofia Andreevna préparait pour son célèbre mari. Ce projet est parrainé par la fondation de charité du milliardaire et (...)

lire la suite »
Articles précédents : 0 | 14 | 28 | 42 | 56 | 70 | 84 | 98 | 112 | ... | 2422
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes