mardi 25 juillet 2017
 

Budapest, Octobre Novembre 1956. In memoriam

La répression russe de l’insurrection hongroise pour la liberté

60 years ago, after the Hungarian uprising for freedom in October, Soviet assault on Budapest in November. The iron curtain reinforced more than ever

Qui se souvient encore aujourd’hui de ce mois d’octobre 1956, il y a tout juste 60 ans, marqué par deux crises internationales majeures : l’Affaire de Suez et la Révolution hongroise ? Passons rapidement sur l’Affaire de Suez. Il s’agissait pour les gouvernements de la Grande-Bretagne, de la France, et d’Israël, d’en finir avec les gesticulations du Président égyptien Gamal Abdel Nasser qui, non seulement, avait nationalisé le canal de Suez mais, surtout, pourvoyait en armes le FLN algérien et ne cessait, dans ses discours tonitruants, de menacer Israël d’extermination. Tucson Daily Citizens Il est de bon ton, de nos jours, de dénigrer cette expédition, franco-britannique dans la zone du canal et (...)

lire la suite »

L’Arche d’Alliance, origines, symboles et significations

Au coeur d’un universel de valeurs

The Arch of Covenant, origins, symbols and meanings

Tout amateur féru d’histoire de l’art connait l’Arche d’Alliance, en effet si c’est une représentation récurrente de la peinture ou de la sculpture que l’on rencontre fréquemment du XVe au XVIIe siècle, ( J. Fouquet, Nicolas Poussin), elle puise son origine dans la Bible, on la retrouve dans l’iconographie paléo-chrétienne, elle est avant tout une des représentations existentielles du judaïsme, la plus sacrée, car l’Arche ainsi nommée convient les Tables de la Loi, c ’est aussi un symbole. C’est cette arche que portaient seuls et exclusivement les lévites. Mais qu’est-ce qu’un symbole si ce n’est la représentation concrète d’une idée abstraite et tout symbole structure, à son entour, un vaste réseau de (...)

lire la suite »

Raymond Macherot, un grand poète belge de la BD

Inspiré, rêveur, un brin anar, un univers poétique inventif, une quête inassouvie du bonheur

Famous among the other famous Belgian cartoonists !

Raymond Macherot ( 1924-2008) : auteur belge de bande dessinée. Originaire de Verviers il était enfant unique, issu d’un père cheminot gravement blessé pendant la première guerre mondiale qui devait décéder lorsque Raymond avait huit ans. Sa mère fabriquait des corsets et soutien-gorges qu’elle vendait elle-même. Sa grand-mère lui racontait de fabuleux contes. Lecteur de Robinson et de Junior, journaux de BD de l’époque, il fut marqué par Harold Foster ( Prince Valiant), Alex Raymond ( Flash Gordon) et Milton Caniff ( Terry et les pirates), les grands classiques de la BD américaine. Mais la lecture qui le frappa le plus, et qui eut le plus d’incidence sur lui, ce fut « L’île au trésor » de Stevenson et (...)

lire la suite »

Monographie de l’oeuvre de Zoran Music, préface de Pascal Bruckner

Un vaste travail de recherche sur une oeuvre d’une rare intensité

To paint after Dachau

Zoran Music (1909-2005) a été déporté à Dachau en novembre 1944. Revenu de cet enfer, les images de cette abomination hantent sa mémoire et provoqueront une rupture dans sa manière de peindre. En 1970, il débute le cycle « Nous ne sommes pas les derniers ». Son œuvre, son regard, sa couleur se nourrissent des plus grands maîtres, Titien, Rembrandt et Goya. La galerie Applicat-Prazan co-édite avec les éditions Skira, une monographie de l’œuvre peinte et graphique de Zoran Music. A l’occasion de la Fiac 2016, du 20 au 23 octobre, l’ouvrage a été présenté au public. Trois préfaciers à ce livre : Boualem Sansal, Grand prix du roman de l’Académie française en 2015, Michaël Prazan, écrivain et réalisateur, et (...)

lire la suite »

Wurst, viandes rissolées au soleil... un film d’animation international

Plages l’été ou vitrines de boucherie ?

Well-cooked meat or not ?

Vous souvenez-vous d’ Una Furtiva lagrima que nous avions déjà présentée dans cette rubrique et adorée ? Eh bien Wurst le film d’animation que nous vous offrons pendant cette semaine de juillet est du même réalisateur Carlo Vogele ! Mais venons en tout de suite à Wurst puisque tel est son titre, ce qui pourrait se traduire bien entendu par saucisse ou boudin mais auquel je préférerais un titre élargi du genre : « Viandes pour tous sur la plage ! » Un film un peu international d’ailleurs, un auteur luxembourgeois, il travaille pour Pixar aux USA avec des techniciens français et allemands. International bien sûr aussi comme les touristes et les estivants des bords de mer, sujets de ce film... Pas de (...)

lire la suite »

Le cauchemar du président. Un pertinent roman de politique-fiction

Une politique-fiction romanesque et très documentée, un vrai scénario à considérer !

Just imagine in the years to come a French President, terrorists blowing up with a nuclear weapon the North Pole, a French vaudeville-like family, you’ll get a good novel to read

Le cauchemar du président est un roman à ranger dans la catégorie de la « politique-fiction ». En effet, l’essentiel de son action se déroule de 2022 à 2046, c’est à dire de l’élection de Charles Chambrolles à la présidence de la République à son décès à 86 ans. Charles Chambrolles, né en 1963 dans une famille de la grosse (son père est notaire) bourgeoisie bretonne. Après une enfance plutôt heureuse il devient médecin essentiellement par empathie vis-à-vis de la souffrance des enfants. Il se marie avec une (très) riche héritière espagnole, ils ont deux enfants (une fille Catherine et un fils Corentin), se lance un peu par hasard dans la politique au centre-droit et par un concours de circonstances dont il n’est (...)

lire la suite »

André Cluytens un grand maître de la direction d’orchestre

Ses enregistrements réédités, un fameux chef

A famous conductor

André Cluytens (1905-1967) et Georges Prêtre (1924-2017), deux grandes baguettes françaises Première partie : André Cluytens Disons-le d’emblée. Au XXe siècle comme au début du XXIe, l’Allemagne, l’Europe centrale, l’Italie, le monde anglo-saxon n’ont pas le monopole de l’excellence musicale dans le domaine symphonique et la direction d’orchestres. Certes, les Toscanini, Furtwängler, Karajan, Bernstein, Beecham, Giulini, Abbado, Reiner, Ormandy, Solti, Stokovski, pour ne citer qu’eux, ont hissé, en leur temps, cet art à son plus haut niveau. Mais la France n’en a pas moins produit des personnalités aussi considérables que Pierre Monteux, Paul Paray, Charles Munch, dont la carrière s’est exercée aussi (...)

lire la suite »

Autour du David de Michel-Ange

Chef d’oeuvre total

« Proportion, beauty and excellence » as Vasari described it

Il est quelque peu ridicule, voire inconvenant, de présenter Michel-Ange (1475-1564), génie universel de l’art, tour à tour comme en même temps peintre, architecte, urbaniste, poète et le plus puissant sculpteur de l’Histoire dont l’œuvre soit parvenue jusqu’à nous...Ses travaux, à de rares exceptions (les Esclaves du Louvre, la petite Piéta de Bruges et le Tondo de Londres), sont conservées en Italie Florence en priorité, Rome, Milan, Bologne). Fils d’un magistrat, apprenti chez Ghirlandaio, qui le recommande au maître de Florence, Laurent de Médicis (1490), puis on le retrouve dans un atelier de sculpture en plein air dirigé par Bertoldo di Giovanni, artiste qui appartint à l’atelier de Donatello. (...)

lire la suite »

Histoires insolites des îles désertes françaises, à recommander !

Faites tourner le globe terrestre et laissez-vous emporter sous les vents marins

Many interesting histories about French Islands disseminated all over the Oceans

On a trop tendance à oublier que la France possède le second patrimoine maritime au monde. Et ce grâce à de multiplies possessions d’îles, d’îlots dans tous les océans de la planète. De fait ce n’est guère leur superficie ou leurs ressources « terrestres » qui apportent cette place à notre pays mais la zone des 200 milles marins qui regorge, elle de richesses innombrables : ressources halieutique, bien sûr, mais un sous sol parfois abondant en modules polymétalliques voire en hydrocarbure, gaz etc. Les fonds océaniques ont des ressources minières bien plus importantes que la terre émergée. Reste un petit problème qu’il faudra résoudre à l’avenir : le coût de leur extraction. Parmi cette multitude de (...)

lire la suite »

L’Amant double de François Ozon, cinéma, psychanalyse et narrativité

Une introspection fouillée, freudienne et cultivée

A Freudian analysis in action about François Ozon’s last movie

Dans un récent interview, François Ozon déclare : « Si je n’avais pas été cinéaste, je serais sûrement devenu psy. J’adore fouiller les âmes ». Laissons au metteur en scène le soin de rêver librement à une toute autre vie ! Même s’il est assez incertain que François Ozon réoriente sous peu sa carrière professionnelle vers une pratique clinique classique ! De là à penser que ce souci et cet intérêt pour le « psychologique » soit d’annonce et velléitaire face à un journaliste qui, lui aussi, veut « fouiller l’âme » du cinéaste, il y a un pas que je ne franchirai pas. Il est plus judicieux de se demander comment le metteur en scène espère et réussit à traduire concrètement cette volonté de « fouiller les âmes » - qui (...)

lire la suite »

Fugato, un roman d’André Lorant, une passion égocentrique

Ah, on ne parlera jamais assez de la grandeur et des servitudes d’un critique littéraire...

What else to say about this love passion

Parfois je fais vraiment œuvre de persévérance. J’ai horreur de ne pas terminer un livre même quand il ne me plaît que moyennement (et la liste est assez longue car Zola m’endort, Thomas Mann aussi, c’est dire que certains « classiques » me laissent hermétique, mais surtout que ce que j’écris c’est par rapport, avant tout, à mes goûts. De fait, je ne critique jamais un livre, je ne fais que retranscrire les émotions, le ressenti que j’ai éprouvé à la lecture. Ce n’est donc qu’un avis très personnel qui n’engage que moi, et, indirectement, Wukali qui publie mes avis. Aussi lecteur de ces lignes il ne faut pas me faire confiance car mes goûts littéraires ne sont pas obligatoirement les tiens. J’ai un ami qui ne (...)

lire la suite »

Une version animée du Barbier de Séville qui accuse le temps

Quelques marionnettes en quête d’auteur

An out of fashion version of The Barber of Seville

La film d’animation ne connait aucune limite thématique et il s’adresse à tous les publics, S’il fallait le vérifier un simple coup d’oeil au générique de cette rubrique serait parfaitement démonstratif. Voici un film de la réalisatrice russe Nataliya Dabizha (Наталия ДАБИЖА), datant de 1995 et qui a pour sujet une représentation du Barbier de Séville de Rossini. Ce film connut lors de sa sortie un grand succès, en effet il s’inscrivait dans une série de diffusion culturelle d’opéras à destination des jeunes publics pour leur faire connaitre les grandes œuvres du théâtre lyrique. Aujourd’hui ce film a considérablement vieilli. Si les marionnettes semblent un peu figées, on est en revanche déçu par la pauvreté de la (...)

lire la suite »

Les nouveaux sites inscrits du patrimoine de l’humanité de l’UNESCO

Sites naturels et culturels partout dans le monde

New sites selected for the World Heritage List by UNESCO

Le Comité du patrimoine mondial, réuni à Cracovie (Pologne) depuis le 2 juillet, a clos ses travaux aujourd’hui. Au cours de cette session, il a approuvé l’inscription de 21 nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial et l’extension ou la modification de cinq sites existants. Ces nouvelles inscriptions portent à 1073 le nombre total de sites figurant sur la Liste. Pour la première fois, des sites en Angola et en Erythrée ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Par ailleurs, deux sites ont été ajoutés à la Liste du patrimoine mondial en péril et trois autres en ont été retirés. Les nouveaux sites naturels inscrits (Cliquer sur le nom mis en évidence pour trouver la description du (...)

lire la suite »

David Hockney cet été au Centre Pompidou

Une grande exposition conduite par le Centre Pompidou avec la Tate Britain et le MET

In this grueling hot summer in Paris just a splash to refresh with David Hockney at Centre Pompidou

En cette période caniculaire et orageuse profitez-en pour allez faire un splash dans l’œuvre de David Hockney, qui s’arrête à Paris jusqu’au 29 octobre. The Bigger one (or the better one !! plus de 160 peintures) au Centre Pompidou. L’exposition est réalisée en collaboration avec la Tate Britain de Londres et le Metropolitan Museum de New York. David Hockney. Autoportrait 1954. Collage sur papier journal. Centre Pompidou ©David Hockney, photo Richard Schmidt Né avant la Seconde Guerre Mondiale dans le nord ouvrier de l’Angleterre, il retiendra d’un héritage politique paternel, le refus de l’establishment et des idéologies démagogiques. Dès 16 ans, il entre dans une école d’art pour intégrer le (...)

lire la suite »
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes