mercredi 16 août 2017
 

Bienvenue dans le Big Data

Le pire des mondes numériques

Tough questions about the digital world, a gloomy shaping of future !

Vous avez dit : « Big Data »...? Hier, la science-fiction nous interpellait en nous faisant voir un monde où les ordinateurs domineraient les humains. Aujourd’hui la réalité a-t-elle rattrapé la fiction ? Les données ont-elles pris le contrôle de notre vie ? Depuis l’explosion d’Internet, les données sont partout, même à des endroits où on ne les attend pas. Ce sont des volumes impressionnants de données qui sont créées quotidiennement par les particuliers, les entreprises et maintenant aussi par les machines et les objets connectés. Désormais, nous sommes automatiquement suivis, pistés, classés par catégories, enregistrés. A chacune de nos innombrables connections quotidiennes, nous dévoilons un peu (...)

lire la suite »

Constantin Brancusi, un sculpteur qui donne vie à la matière

Un univers des formes primitives et matricielles, une puissance incarnée de la matière

Lampooned and now celebrated and even cherished

« Rien ne pousse à l’ombre des grands chênes », c’est avec ce commentaire qu’un jeune homme quitte l’atelier de Rodin, trois jours après y avoir été accepté. Chose curieuse, compte tenu du tempérament du « Maître de Meudon », ce dernier ne lui en voudra pas... Quelques temps plus tard, le débutant présente ses travaux au Salon. Tous les artistes attendaient le passage du vieux Titan de la sculpture qui arrive enfin... Il se promène et s’arrête devant ce que lui propose ce novice. Il bougonne : « pas mal, pas mal ». L’apprenti insiste : « Maître, j’attends de vous autre chose », Rodin le regarde fixement puis ajoute : « Ah oui ? Alors travaillez beaucoup et exposez peu ! »... Brancusi (1922) photo Edward (...)

lire la suite »

Un vilain petit canard russe de Garri Bardine

Une interprétation du conte d’Andersen

The ugly duckling, a Russian animated version

Adieu, veau, vache, cochon, couvée... oui dans cette rubrique du film d’animation, c ’est bien de couvée dont il s’agit, qui plus est en ces temps de scandales sanitaires ... D’œufs donc, mais vous connaissez tous l’histoire, celle du vilain petit canard, le conte fameux d’Andersen. Voici donc le film qu’a réalisé Garri Bardine ((Гадкий утёнок), et si la journée est à la pluie vous aurez alors la chance de prendre le temps de le regarder paisiblement car nous avons choisi une version intégrale longue... Alors savourez ! D’avance excusez-nous car nous vous présentons une version en français. Les voix russes constituent en soi un régal phonétique et capiteux mais 1h 12 en V.O c’est peut -être beaucoup pour des (...)

lire la suite »

Aïda aux Chorégies d’Orange, août 2017

Le théâtre antique dans un environnement scénique assez familier

A unique summer Opera festival in France in a gorgeous antique theater

« Il faut que cela sente l’Égypte », tel est le propos écrit par Giuseppe Verdi dans une lettre du 10 Octobre 1870 à l’intention d’Antonio Ghislanzoni le rédacteur définitif du livret d’Aïda. Si le compositeur s’inquiète de l’exactitude des éléments historiques, de la conformité des décors puis de celle des costumes, Verdi s’attache aussi à définir sur le plan musical une « couleur locale » qui corresponde peu ou prou à l’idée qu’il se fait du sujet qu’il traite. Il se documente à toutes fins utiles aux instruments de l’Egypte ancienne. Cela le conduira à faire construire à Milan les trompettes droites qui feront vibrer la marche triomphale de Radamès revenant auréolé de ses succès militaires sur les Ethiopiens à (...)

lire la suite »

La sculpture classique de la Grèce Antique : Olympie, Athènes

Quintessence de l’art et de la civilisation grecs

Fundamental Greek art

Ce sujet est l’un des plus compliqués, si ce n’est le plus ardu, à traiter de toute l’histoire de l’art tridimensionnel, pas tant qu’il soit, intrinsèquement, d’un abord impossible mais le peu d’œuvres parvenues jusqu’à nous et une longue tradition légendaire ont modifié l’aspect sous lequel nous apparaît la sculpture grecque antique : les noms prestigieux de Phidias, Praxitèle ou Lysippe flottent dans le mental des conservateurs de musée, d’historiens d’art professionnels et d’amateurs éclairés, tous en quête de gloire. Imaginez : redécouvrir une sculpture de Phidias, ce demi-Dieu perdu dans les oubliettes du temps ! Mais comment réaliser un tel exploit, alors que nous ne possédons pratiquement rien de cette (...)

lire la suite »

Tendances et transactions actuelles du marché de l’art

Une instabilité difficile à évaluer et loin des records astronomiques

2017 Trends in Art Market

Comme chacun le sait, le marché de l’art actuel est très volatile et plutôt instable car les nombreuses tendances qui y cohabitent sont, pour le moins, contradictoires. 
Certes un chef d’œuvre reste une pièce d’exception, quelle que soit la catégorie à laquelle il appartient : peinture, sculpture, arts décoratifs, photographie, etc... Malheureusement, il est bien rare et immédiatement reconnaissable à l’œil exercé d’un bon connaisseur... Niveau atteint par une nuée de professionnels, voire d’amateurs éclairés. De plus, avec la vulgarisation mondialisée qui existe de nos jours, en cas de découverte, il est probable qu’il sera vendu en salle des ventes, soit à Drouot-Paris, soit chez Sotheby’s ou Christie’s à (...)

lire la suite »

Antoine-Louis Barye, sculpteur animalier hors pair

Puissance, vitalité mais aussi délicatesse des formes

A famous French sculptor of the XIXth century

Le « Michel-Ange de la ménagerie » comme le surnommait Théophile Gautier, plus célèbre comme sculpteur que comme peintre, Barye est né et a vécu à Paris. Ce merveilleux animalier était un ami de Delacroix, avec qui il allait observer et dessiner les fauves au Jardin des plantes, pendant des heures, dans les années qui suivirent la prise d’Alger (1830). Doté d’une rigueur scientifique incontestable, il alla jusqu’à assister aux dissections des bêtes mortes pour en saisir l’essence intime. Il fut le seul artiste animalier de son époque à agir ainsi. Au fur et à mesure qu’il approfondissait ses recherches sur l’aspect des grands félins, son sens aigu de l’observation l’entraînait vers la peinture. Ses (...)

lire la suite »

L’anticonformiste Georges Prêtre, ami de Maria Callas et de Francis Poulenc

Une carrière musicale, un éclectisme original à la tête des plus grands orchestres

Tribute to « the debonair French conductor » described as such by the New York Times

André Cluytens (1905-1967) et Georges Prêtre (1924-2017), deux grandes baguettes françaises Seconde partie Georges Prêtre est le cadet d’André Cluytens d’un quart de siècle. Né le 14 août 1924 dans un milieu relativement modeste - son père était bottier -, il est originaire de Waziers, petite commune proche de Douai. Il se passionne très tôt pour la musique, en particulier pour la trompette qu’il commence à étudier, puis à pratiquer, au Conservatoire de Douai, avant de rejoindre le Conservatoire national supérieur de Paris en 1944. Il y obtient un premier prix de trompette, ce qui lui permettra, pour survivre, de se produire au cachet dans ces fameuses salles alors dévolues aux « variétés » telles que (...)

lire la suite »

Résistance et collaboration, le drame de Caluire. Qui a trahi ?

Un écheveau d’héroïsme, de courage, d’ignominie et de lâchetés

The dramatic meeting in Lyons where Jean Moulin, head of the Resistance, representative of De Gaulle, was captured by the Germans then hideously tortured. He died without saying nothing of his secrets. Who was the traitor who informed the Gestapo ?

Voici un article consacré au drame de Caluire qui vit l’arrestation le 21 juin 1943 de Jean Moulin, chef de la Résistance. Nous avions estimé dans un premier temps vouloir présenter ce travail de recherche scindé en plusieurs articles distincts pour une commodité de lecture. In fine nous nous sommes ravisés et mettons en ligne ce travail présenté en un seul bloc. Il nous a paru en effet nécessaire de laisser au lecteur la possibilité de saisir dans leur globalité l’ensemble des données, des événements et des personnages autour de cet événement dramatique pour tenter de se faire sa propre opinion. P-A L L’affaire de l’arrestation de Jean Moulin, et de plusieurs chefs de la Résistance Française, le 21 (...)

lire la suite »

Cervelle d’oiseau, il va falloir changer notre vocabulaire !

Un nombre impressionnant de connexions neuronales

Super singing birds, more neurons we could have expected !

Navré, mais il va sérieusement falloir revoir nos expressions et traiter quelqu’un de « cervelle d’oiseau » sera le gratifier d’un remarquable compliment. Les oiseaux ont en effet bien davantage de neurones que nous ne le supposions. Une étude juste parue dans la revue américaine Science (Proceedings of the National Academy of Sciences) et appliquée sur 28 espèces d’oiseaux a démontré qu’ils ont davantage de neurones dans la partie dorsale du télencéphale, le territoire le plus antérieur du cerveau, à savoir la zone de l’intelligence, que les mammifères. Ce sont les oiseaux chanteurs notamment, perroquets et autres variétés qui chantent et tout particulièrement le perroquet gris du Gabon ou tout (...)

lire la suite »

« 1917, l’année qui a changé le monde », quand tout a basculé

A year when the old world toppled around

Depuis que les travaux scientifiques se multiplient sur la première guerre mondiale, l’importance de l’année 1917 devient évidente. C’est une année « charnière », non seulement avec l’entrée des États Unis d’Amérique dans le conflit (alors que le président Wilson venait de se faire réélire l’année précédente avec comme programme le non interventionnisme), mais surtout, elle porte en elle tous les embryons de ce que va devenir la nouvelle société mondiale après la guerre. Bien sûr il y a la révolution russe, mais c’est en 1917 que paraît « L’État et la révolution » de Lénine qui est en quelque sorte la théorisation de la dictature communiste, mais c’est aussi cette année là que Mussolini ou Hitler commencent à se (...)

lire la suite »

Autrefois nous étions des oiseaux, film russe d’animation de Garri Bardine

Un film porté par les ailes de la musique

A famous Russian animation director

La force de ce film du grand réalisateur russe Garry Bardine ( Гарри Яковлевич Бардин), est à trouver peut-être bien davantage que dans les images, dans la musique toute de nostalgie qui nous emporte, et dans la chaleur douce et sensuelle de cette langue russe qui nous ensorcèle. L’histoire, une histoire au coin du feu, une histoire de veillée, une histoire tsigane, nul besoin d’être polyglotte pour en capter le sens. Une métaphore aussi celle du peuple tsigane, la soif de l’or a rongé les ailes de ce peuple fier et l’a conduit à devenir nomade. Cage dorée ou liberté, un conte façon Le chien et le loup et chaque tradition culturelle possède dans son trésor national fondamental des concepts qui se retrouvent dans (...)

lire la suite »

Ava Gardner incandescente dans La Comtesse aux pieds nus de Mankiewicz

Au panthéon du cinéma

The Barefoot contessa, so beautiful Ava...

Le tournage de La comtesse aux pieds nus de Mankiewicz s’est déroulé en Italie ( Cinecitta, Portofino, Rome, San Remo, Tivoli). Le metteur en scène en fut aussi le scénariste et le producteur. On affirme qu’il s’est inspiré de la vie de Rita Hayworth dans l’élaboration de son scénario... Comme souvent dans les films d’Ava Gardner, le déroulement de l’action nous est présenté par une succession de retours en arrière. Une seule vraie différence : il n’y a pas un narrateur mais des narrateurs : trois. Cette idée est habilement creusée, permettant des allers-retours brillants, d’ondoyants biais. Utilisé intelligemment, le stratagème unit les contraires : austérité espagnole et miroir aux alouettes des (...)

lire la suite »

La statue du Centaure de César à Paris. (La statue équestre 18)

Il piaffe à Paris à l’angle de la rue de Sèvres et de la rue du Cherche Midi .

You’ll find it in Paris in St Germain des Prés, Métro : Sévres-Babylone

César Baldaccini dit César (1921-1998) est un sculpteur né à Marseille dans une famille d’immigrés toscans. Autodidacte, il se il se tourne vers l’art statuaire très jeune. Dès 1947 il travaille le plâtre et le fer. En 1952 il découvre la soudure dont il percera tous les secrets, par manque d’argent, en utilisant tous les ferrailles possibles. En 1961 il rejoint le groupe des « nouveaux réalistes », mouvement fondé par le critique d’art Pierre Restany. Il y retrouve Arman, Tinguely, Raysse, Niki de Saint-Phalle... César Baldaccini alias César Compressions, expansions, empreintes humaines mais surtout ses fers et son bestiaire (insectes, oiseaux) lui procurent la reconnaissance internationale. (...)

lire la suite »
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes