lundi 20 février 2017
 

Et le chat revint... The cat came back, un dessin animé canadien

Attention chat-rivari

But the cat came back the very next day.
The cat came back. They thought he was a goner,
But the cat came back. He just wouldn’t stay away

Au départ c ’est une petite contine, une de ces petites chansons que l’on chante aux enfants, puis cela sert de thème conducteur pour un scénario de dessin animé. C’est un Canadien, Cordell Barker, qui a l’idée d’inventer ce personnage et ce chat en 1988. Brassens, mon cher maître, aurait pu le nommer « gros dégueulasse », il semble inspiré par Reiser, assez répugnant, deux tifs sur le caillou, des gobilles comme des litchis sortis de la boîte de conserve, le futal trop grand sur un ventre obèse, un pif bourgeonnant comme celui d’un pinardier obscène et une bouche, je ne vous dis que cela, comme une tinette à raclures... Il n en faut pas plus, un sujet très simple : un jour un personnage que l’on (...)

lire la suite »

Nicolaï Gedda (1925-2017) une voix lumineuse venue du Nord

Une carrière lyrique éblouissante

A lyric tenor voice that shimmered like silver

Difficile de ne pas sentir un pincement au cœur en apprenant la disparition, à l’âge de 91 ans, de Nicolaï Gedda, le 8 janvier 2017, décès que sa famille n’a révélé que le 9 février dernier. Il appartenait à une génération de chanteurs que les progrès techniques de l’enregistrement sonore (microsillons et début de la stéréo) ont fait connaître au plus grand nombre, à la fin des années 1950. Au plaisir de découvrir des artistes que la plupart des mélomanes n’auraient pu espérer voir se produire en province, s’ajoutait celui de posséder les intégrales du grand répertoire lyrique international, servi par les meilleures interprètes du moment et souvent présentés dans de luxueux coffrets. Nicolaï Gedda avait un (...)

lire la suite »

Jean-Robert Ipousteguy (1920-2006), entre puissance et fantaisie

Son influence plus que jamais forte aujourd’hui

For John Updike he was « may be France’s foremost living sculptor, ... »

Ayant eu la chance d’assister à la naissance du musée d’art moderne du Centre Pompidou en 1977, ma première visite fut un choc esthétique... J’avais quelques difficultés à comprendre le processus créatif des artistes exposés. Jusqu’au moment où, au détour d’une allée, j’aperçus une phénoménale sculpture en bronze à patine noire et bleue. M’approchant je lus : Alexandre devant Ectabane, dimensions : hauteur 165 cm, longueur 400 cm, largeur 110 cm par Ipoustéguy, un nom qui m’était inconnu. J’en eus le souffle coupé : une force expressive incroyable s’en dégageait. Cette puissance tellurique, totalement nouvelle dans l’art tridimensionnel contemporain, exprimait le caractère d’un authentique artiste, doué, (...)

lire la suite »

Du charme à l’enchantement musical (3e partie)

De Bosch à Matisse en compagnie de Mozart, Offenbach, Stravinski et autres joyeux

A dream in arts

Voici l’avant-dernier chapitre de l’essai poétique et artistique de Claude-Gilbert Dubois, une rêverie inspirée et sensible sur un air de flûte de Pan scandé dans un rythme final dans des chants barbares et païens. ... Mais lorsque le roseau s’éveille flûte charmeuse, comme lorsque le bois, comme le dit Rimbaud, s’éveille violon enjôleur, leur pouvoir de charmer s’étend aussi aux charmes ténébreux du sommeil. Après que Hermès eut inventé la flute, le premier qui fut l’objet de sa faculté d’endormissement, fut précisément le vigilant, le toujours éveillé, le vigile aux cent yeux, chargé par Héra de la garde de la vache sacrée, Io. Il s’appelait Argus : le mot est devenu commun. Il surveille aujourd’hui aussi (...)

lire la suite »

Sumer, film d’animation post-apocalyptique ?

Le jour où la vie disparaitra de la Terre

The day life will have disappeared off the earth !

Certes, ce film d ’animation, Sumer, sorti en 2015, ne produira pas chez vous des effets euphorisants ni ne réjouira votre cœur, le sujet est une potion plutôt amère et l’histoire nous propulse à une époque non précisée dans un laps de temps indéterminé soit 17ans après la disparition du dernier arbre sur terre et 47 ans après la disparition du dernier animal. La Terre n’est plus bleue comme une orange, elle est devenue un astre sans vie. Science-fiction croyez-vous ? Le film débute par le récit testamentaire d’une mère qui s’adresse à son fils pour se faire pardonner le leg abominable qu’elle laisse derrière elle et évoque ce temps paradisiaque où la vie sur Terre était un enchantement, une petite (...)

lire la suite »

Les Attentifs de Marc Mauguin premier opus d’une nouvelle collection

Faire parler un tableau connu et raconter une histoire

A congenial editorial inauguration around Edward Hopper’s paintings

Les éditions Robert Laffont viennent de créer une collection appelée Les passe-Murailles. L’idée est simple : prendre un ou des tableaux, de préférence connus du monde entier et raconter l’histoire qu’ils représentent. Un tableau représente un moment figé à un moment précis, mais avant les personnages ont eu une histoire (qui perdurera après), le tableau n’est que le résultat, la conséquence de ce passé, et le futur ne peut commencer et être que parce qu’il y a eu ce moment, cet instant. Voilà une excellente idée, d’ailleurs qui, devant une œuvre, ne s’est pas compté une histoire dont le spectateur serait le centre. Les Attentifs sont non un recueil mais une suite de 12 nouvelles (certains personnages se (...)

lire la suite »

Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes, excellent !

Un vrai bonheur de lecture !

Many famous authors pay a tribute to Sherlock Holmes by. Brillant and so witty !

Voilà bientôt 130 ans que le génial Arthur Conan Doyle créait le personnage de Sherlock Holmes et de son « biographe » le docteur Watson. On sait tous que le succés de ce détective fut tel que son auteur voulut le tuer mais dut y renoncer tant l’opinion publique lui en faisait grief. Il est exceptionnel qu’un personnage survive à son créateur. Il y a quelques autres exemples comme le chevalier Dupin d‘Edgar Poë ou Arsène Lupin de Maurice Leblanc qui sont réapparu sous la plume d’autres auteurs. Mais aucun n’a connu la destinée de Sherlock Holmes. Non seulement il y a eut des continuateurs, des écrivains qui ont fait revivre des nouvelles enquêtes du détective londonien, mais surtout, très vite après sa (...)

lire la suite »

Du charme à l’enchantement musical (2e partie)

Un parcours de peintures en harmonies au fil du temps

Second Part of a poetic wandering in art accompanied with paintings of different periods

Ce qui suit n’est pas une enquête de type universitaire, adoptant une méthode d’investigation scientifique, avec résultats à la clé. C’est une promenade dans un musée, avec des pauses devant quelques pièces plus ou moins connues. Ce sont des « Tableaux d’une exposition », avec motifs musicaux, à la manière, toutes proportions gardées, de Moussorgski-Ravel. Rosso Fiorentino. 1521. Huile sur toile, 39x47cm. Galerie des Offices, Florence Voici un angelot musicien avec son luth. Il appartient, cet enfant, au chœur céleste qui proclame la paix aux hommes de bonne volonté. La musique éthérée se fait incantation. Le poète, à son tour inspiré, sur terre prend son luth et dit : La musique parfois me prend (...)

lire la suite »

Le beau roman d’amour de Nicolas Barreau, « Un soir à Paris »

Un romancier qui fait oeuvre

Paris in Love !

Les habitués de Wukali connaissent Nicolas Barreau dont ils ont lu les recensions-critiques de ses derniers romans Le sourire des femmes ouTu me trouveras au bout du monde et savent donc tout le bien que j’en pense. Contrairement à ce que son nom laisse préjugé, Nicolas Barreau est allemand, mais c’est un vrai amoureux de Paris, ville qu’il décrit parfaitement, dont il sait restituer les odeurs, l’âme. Bien des auteurs franco-français parisiens n’arrivent pas au dixième du résultat de Nicolas Barreau qui fait de la capitale un vrai acteur, héros de chacun de ses romans. Peut-être même le personnage principal. Je ne crois pas qu’il est une autre ville au monde dans laquelle pourrait se dérouler (...)

lire la suite »

Olivier Barbaud un photographe français installé à Hong Kong

Les multiples de Hong Kong

A French photographer in Hong Kong, an exhibition of pictures of an amazing beauty !

Le photographe, l’artiste que nous présentons dans notre rubrique du mois, Olivier Barbaud vit et est installé à Hong-Kong depuis plusieurs dizaines d’années. Comment l’avons nous découvert, c ’est en soi toute une aventure et c’est aussi quelque part la métaphore de notre civilisation mondialisée et de la puissance ainsi que du rayonnement d’internet. Cela mérite d’être conté ! Tout s’est opéré en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, pour reprendre la formule consacrée. Voici le déroulé des faits : un courriel arrive sur mon ordinateur, j’en prends connaissance à la seconde, un court texte d’un photographe qui se présente accompagné de 4 photographies, belles, denses, mystérieuses, d’évidence elles ont (...)

lire la suite »

Ponce Pilate, si célèbre et pourtant fort mal connu

Une excellente biographie par l’un des plus fameux historiens italiens

Who was he in fact this famous prefect of the Roman province of Judaea who presided at the trial of Jesus.

Aldo Schiavone est un des, si ce n’est le, plus grands spécialiste du droit romain dont la somme « L’invention du droit en Occident » restera encore longtemps un ouvrage de référence. Ce grand historien italien vient de commettre une biographie d’un des personnages les plus célèbres et les plus méconnus de l’histoire : Ponce Pilate. Le vrai, pas celui de la littérature. Pourtant, c’est un personnage qui a inspiré plus d’un écrivain comme Boulgakov dans l’extraordinaire « Maître et Marguerite », Anatole France dans « Le procurateur de Judée » et plus récemment Eric-Emmanuel Schmitt dans son « Évangile selon Pilate ». De fait Aldo Schiavone reconnaît que l’on sait peu de choses sur la vie du procurateur de (...)

lire la suite »

Les missions de l’ONU, côté obscur...

« Les étoiles avaient déserté le ciel », une dénonciation au vitriol du dévoiement de certaines missions onusiennes

The UN, its murky face

Il est des destins « originaux ». Dans la vie, il existe des opportunités, encore faut-il savoir les saisir, arriver à sortir de sa routine professionnelle et familiale (surtout quand on est mère de deux enfants) et oser tout remettre en cause pour vivre « autre chose », pour aller vers d’autres cultures, d’autres personnes que celles qui entourent notre quotidien. C’est ce que fit Célhia de Lavarène. Cette journaliste française, travaillant avant tout à New York, apprend, par hasard, que l’ONU cherche des francophones pour une mission au Cambodge où vont avoir lieu les premières élections démocratiques dans ce pays encore secoué par les dernières poches de résistance des Khmers rouges. On était en 1992. (...)

lire la suite »

Du Charme à l’enchantement musical. (1re partie) par Claude-Gilbert Dubois

Pouvoirs magiques de la musique : de la lyre d’Orphée aux flûtes enchantées

A poetic and inspired essay. An erudite, civilized and enlightened introduction to music and arts

Claude-Gilbert Dubois, est spécialiste du XVIᵉ siècle. Professeur émérite à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux-III, il livre aux lecteurs de Wukali un essai particulièrement riche, « une causerie », un cheminement poétique, musical, littéraire et linguistique qui nous conduit de peinture, en musique et en textes, de la mythologie greco-romaine aux cabarets rive-gauche et dont nous publions l’ensemble scandé en plusieurs chapitres. En voici le premier. Pour Christophe, dont le goût pour la musique, manifesté dès le plus jeune âge, a enchanté l’oreille de ses parents. Avant-propos L’objectif de cette causerie est de passer en revue les divers sens du mot « charme » et du verbe « charmer » (...)

lire la suite »

Le Loup gris et le Petit chaperon rouge de Garri Bardine

Un vrai bonheur de film, un accompagnement musical excellent

A delicious Russian short movie with great lyrics : « Grey Wolf and Little Red Riding Hood » by Garri Bardin

Après « Le Chat botté » du réalisateur russe Garri Bardine, nous poursuivons notre série de films d’animation du même auteur avec « Le Petit Chaperon rouge et le loup gris ». Du pur bonheur et on ne sait trop quoi préférer de la technique de modelage et des personnages en pâte à modeler ou des choix musicaux qui structurent la bande sonore et l’humour. Tout y est parfait et joyeux, une mécanique qui fonctionne à merveille, une esthétique des figurines en pâte à modeler époustouflantes et tout particulièrement la figure du loup, personnage improbable et fantasque, aux antipodes d’un formalisme zoomorphe, une caricature de loup, quant à la la mère du petit chaperon rouge elle a des formes rubenniennes (...)

lire la suite »
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes