dimanche 23 avril 2017
 

À quelques heures des résultats du 1er tour

Rendez-vous ce soir

French presidential elections, few hours before ... before what ?

Voila, on y est arrivé, depuis moins d’une heure maintenant, tandis que je débute l’écriture de cet éditorial, les bureaux de vote sont ouverts. Des mois et des semaines de débats, de scandales et de bouleversements de l’opinion. Difficile d’écrire à quelques heures d’une échéance dont les critiques et les experts après la clôture du scrutin diront en prenant la posture : « comme je vous l’avais dit... » !. Et pourtant, comment ne pas réagir et tenter d’exprimer sans filet ni ceinture de sécurité ce à quoi je pense , quitte à me battre ce soir la coulpe, ce que je n’ose considérer ! S’il est à l’avance une chose sûre, n’anticipons pas, mais hélas rigoureusement constatée par tous les instituts de sondage : (...)

lire la suite »

Matisse : L’Algérienne. Le plus grand coloriste du XXe siècle

Le choc incarné de la couleur et de l’émotion sereine et sensible, un fauve devenu poète

The 20th century pictural revolution with Henri Matisse

Le vingtième siècle a connu de nombreuses révolutions picturales, issues des travaux novateurs de quelques génies dont les plus célèbres sont Picasso et Matisse, le seul que l’Espagnol considérait comme son égal ( le premier étant le « pôle sud » de la peinture moderne et le second son « pôle nord » dixit Gertrude Stein, dont il sera question plus loin dans cet article). Que l’on permette à l’auteur de ces lignes de rapporter un souvenir personnel : d’une proximité, intellectuelle et visuelle, forte avec la peinture de Picasso, il avait des difficultés à apprécier celle de Matisse. Une exposition conjointe des deux hommes eut lieu au Grand Palais à Paris. Allant la visiter, les plus grandes craintes (...)

lire la suite »

Billie Morgan de Joolz Denby, un roman écrit au scalpel

Un roman à fleur de peau, un univers parallèle et dérangeant

Joolz Denby, an instinctive and poetical writer

Dernièrement j’ai lu une parution qui circulait dans les réseaux sociaux : « Sois gentil. Car chaque personne que tu rencontres mène un combat dont tu ne sais rien ». Cette phrase a elle seule résume, donne toute la philosophie de Billie Morgan, dernier roman de l’anglaise Joolz Denby. L’héroïne est une femme qui souffre pour de multiples raisons. Très jeune, son père a quitté le domicile conjugal et maintenant il est décédé. Sa mère a toujours montré une préférence certaine pour sa sœur aînée. Il faut dire que cette dernière est comme sa maman, toujours propre sur elle, imbattable sur les cosmétiques, sur la féminité et surtout est très attentive au « quand-dira-t-on ». Ce n’est pas le cas de Billie, le (...)

lire la suite »

« The end » de Chris Landreth, avec une pincée de surréalisme

Une interrogation littéraire en quelques images

Not so surrealistic it might look at first glimpse

Un pincée de surréalisme, un peu de Pirandello, une autre de Woody Allen, un clin d’oeil vers Salvador Dali évidemment, et si c ’était cela la clé de ce film canadien réalisé par Chris Landreth ! Qu’y voit-on, un couple de personnages androïdes, s’interroger sur la réalité de leur existence et dialoguer avec leur auteur, le réalisateur. On y entend les explications du « Créateur » qui donnent quelques clés pour comprendre la réalité des personnages. Tout cela est amusant et n’est à prendre qu’au second degré. Un dialogue entre l’auteur et l’un de ses amis expose plusieurs issues possibles pour mettre le point final à cette histoire. Comme dans toute comme comédie classique, le deus ex machina survient à point (...)

lire la suite »

Voir ou revoir « Fauteuils d’orchestre » de Danièle Thompson

Ces films si agréables à retrouver

A delicate comedy in the paths of music, philosophy and daily life, « so French » would you say ?

Danièle Thomson, née à Monaco, fille du regretté Gérard Oury avec qui elle apprendra toutes les ficelles des divers métiers du cinéma, débuta sa carrière personnelle comme scénariste, en 1966 et sur le célébrissime « La Grande vadrouille » dont elle rédigera le développement. Par la suite, elle écrira « Les aventures de Rabbi Jacob », « La Boum »... C’est seulement en 1999 qu’elle réalisera son premier film : « La Bûche ». Suivront « Décalage horaire » en 2002, « Le Code a changé » en 2009 et surtout celui qui est considéré, à juste titre,comme son œuvre la plus aboutie « Fauteuils d’orchestre » en 2006. Le film fut couronné de différentes récompenses : Prix Raimu de la meilleure comédie(2006), Prix du public au (...)

lire la suite »

Trésor d’Alecia McKenzie, un très beau roman, au coeur de la Jamaïque

Du style et des personnages

An exquisite mixt of characters, a brief novel, a talented Jamaican writer

Il est une forme romanesque assez souvent employée : un fait et plusieurs personnages racontent leur histoire et s’intriquent mutuellement. C’est une forme littéraire devenue classique et qui bien employée aboutit à d’agréables moments de lecture. C’est le cas de Trésor, dernier ouvrage de la jamaïcaine (habitant Paris) Alecia McKenzie. Dulcinea Gertrude Evers dite Dulci vient de mourir. Un cancer ? Un suicide ? Peu importe, c’était une jeune femme brillante, une artiste peintre au fait de sa gloire, coqueluche des milieux artistiques de New York où elle vivait. Sa meilleure amie, Cheryl ramène une partie de ses cendres dans cette ville pour qu’elle soient dispersées dans un parc que la défunte (...)

lire la suite »

Suivre Jésus et faire du business, immersion chez les Baruyas en Nouvelle-Guinée

Le messianisme des églises dans une tribu à peine sortie du néolithique

An anthropologist who lived within a tribe in Papua New Guinea, describes the pernicious influences of missionaries and business

En 1951 était découvert dans des vallées de ce qui va devenir la Papouasie Nouvelle Guinée, une tribu, celle des Baruyas qui n’avait jamais eu encore de contact avec les blancs et la civilisation occidentale. Maurice Godelier est le premier anthropologue, au début des années soixante à venir vivre avec eux et à essayer de comprendre leurs relations sociales, leurs coutumes, leurs rites. Parfaitement intégré, il arrive à comprendre toute la complexité de leur culture, basée essentiellement sur la peur pourque ne soit trahit le « secret des hommes ». Dans une première partie il nous explique simplement, clairement, les fondements de cette société : société égalitaire entre les hommes (il n’y a pas de « (...)

lire la suite »

Au coeur du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence

Christoph Eschenbach, Renaud Capuçon, Gérard Caussé, Alisa Weilerstein, Herbert Mayr, réunis en concert

Con brio with unique musicians playing in Aix Easter Festival

Dimanche 16 avril- 20h30. Quelle performance de Christoph Eschenbach ! Ce musicien complet, chef et brillant pianiste, était à la direction de l’orchestre et chœur de Radio France samedi soir pour la IXe de Beethoven, et s’est mis au piano dès le lendemain pour retrouver Beethoven, mais aussi Mozart et Schubert. Un concert de musique de chambre superbe et très joyeux ! Gai, enjoué. Le Printemps de Beethoven est une sonate pour violon et piano d’une écriture très pure, simple et légère, et on a pu apprécier ce dialogue complice, cette écoute mutuelle entre les deux musiciens qui fait tout le charme de cette sonate. Et c’est encore du beau violon que nous a proposé Renaud Capuçon. Il y a toujours (...)

lire la suite »

La Passion selon St Mathieu au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence

Le public aixois aux anges

This musical program at Aix Easter Festival is a pure feast

Vendredi 14 avril 20h30 : Le public du grand Théâtre de Provence retient sa respiration, dans un silence respectueux il attend une Passion de Bach. Nous sommes nombreux à les aimer, les Passions de Bach, monuments absolus de la musique sacrée, et si nous croyons les connaître, on est souvent surpris, étonné de découvrir des versions si différentes. Quelles émotions pour cette Passion selon saint Matthieu sous la conduite de Philippe Herreweghe,ce grand connaisseur de Jean-Sébastien Bach , et avec les solistes et le Collegium Vocale Gent ! Version 1999 dirigée par Philippe Herreweghe avec Ian Bostridge, Franz-Josef Selig, Sibylla Rubens, Andreas Scholl, Werner Güra. Harmonia Mundi Attentif, le (...)

lire la suite »

Et la langue française dans cette campagne des présidentielles ?

Pour l’amour du français

About French language in the political debate

J’avais écrit il y a quelque temps dans Wukali un article sur la défense de la langue française. Dans cette campagne présidentielle, il m’a paru indispensable de remettre en actualité mon propos. Tout d’abord, question de sémantique s’agit-il vraiment de « défendre »...pourquoi donc utiliser un vocable dont tout l’apparente à un acte agressif, violent, et pour tout dire guerrier. Quand certains tribuns agitateurs d’estrade s’époumonent et tracent l’image d’une France frileuse, prônent l’ordre (et l’on sait ce que chez eux cela veut dire) et quand d’autres de même tonneau prennent leurs leçons chez Chavez ou veulent dissoudre les institutions au risque d’un désastre prévisible, il est grand temps je crois (...)

lire la suite »

Élections présidentielles, le trombinoscope de Wukali. Jacques Cheminade

Un candidat inquiétant à l’allure bonhomme. L’ensemble des articles parus pour chacun des candidats

His relations with Lyndon Larouche in the US are well known and mysterious

Il en va des élections présidentielles comme des saisons ! Elles se suivent à un rythme régulier, immuable (autrefois 7, aujourd’hui 5 ans) et pour certains impétrants, se ressemblent. Onze candidats se présentent aujourd’hui à l’élection la plus importante de la cinquième république : ce n’est pas un record, ils furent jusqu’à 16 en 2002. Il y a dit-on les « gros » candidats avec des équipes de campagnes bien rodées et les moyens des « gros » partis politiques. Et il y a les « petits ». Il y a les « on » de gauche, du centre et de droite, et les autres plus aux bords et aux extrêmes. Et il y a les « divers » qui réussissent, bon an mal an, à se présenter et à passer les qualifications fussent-elles à chaque (...)

lire la suite »

Annick Massis à l’Opéra-Théâtre de Metz métropole

Quelle voix, quelle maîtrise du chant !

A flawless musicality, a beautiful sense of singing, and marvelous technique.

Les récitals lyriques sont assez rares à Metz pour ne pas se réjouir, qu’à quelques jours de distance, nous ayons pu voir à l’Arsenal, puis à l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, deux artistes de renom : la contralto canadienne Marie-Nicole Lemieux et la soprano lyrique colorature française Annick Massis. Deux carrières internationales, deux répertoires différents et deux tempéraments à l’opposé. La première extravertie, la seconde plus réservée, ce qui n’empêche pas cette dernière d’établir un excellent contact avec son public, rapidement conquis. Le charme - dont l’étymologie latine, carmen, renvoie également au mot chant et à son pouvoir magique -, qui émane de la personne comme de la voix opère en effet (...)

lire la suite »

Élections présidentielles, le trombinoscope de Wukali. Jean Lassalle

Un élu, trublion sympathique et grotesque

An ex sheepherder with such a strong accent, an entropic personality and a void program. A political nonsense

Marchons, marchons, … Non, il ne s’agira pas d’un nouvel article à propos du poupon politique qui a découvert la marche voilà un an, mais en quelques lignes de redonner la parole à un candidat injustement maltraité par les médias, « un homme d’action infatigable sur le terrain local et national comme à l’échelle mondiale » comme se présente Jean Lassalle. Et pourtant, notre vieux berger de la politique (106 ans de mandats cumulés en 40 ans de carrière) a t’il réellement besoin de cela pour faire parler de lui ? Un accent authentique savamment préservé, un talent certain pour la chansonnette, le don de soi lors d’une grève de la faim amplement relayée, une marche à travers la France afin de renouer avec (...)

lire la suite »

L’histoire d’un renard et d’une petite souris par les étudiants de l’Esma

Un film d’animation français nominé aux Oscars

Acclaimed and rewarded, a charming anime with a fox and a nice little mouse

C’est un peu une histoire de bisounours celle d’un renard qui de chasseur se fait le défenseur d’une petite souris, mais cela est bien scénarisé et tient la route. Si bien fait au demeurant qu’ ESMA a présenté ce film aux Oscars 2016 où il a a été nommé. Il a aussi fait les choux-gras de nombre autres festivals du film d’animation à travers le monde, beau succès ! La construction du scénario est habile, concentré et dans le temps et avec un petit nombre de personnages : un renard, une petite souris et deux « chouette-hibou » , je laisse leur classification scientifique à l’appréciation des ornithologues spécialistes des rapaces nocturnes ! Pas de temps morts, une dynamique de construction narrative avec des (...)

lire la suite »
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes