dimanche 28 mai 2017
 

Dans les griffes de Daesh, un témoignage terrible sur la manipulation

Comment une jeune Belge se retrouve en Syrie chez Daesh avec son enfant et le père de celui ci

A testimony : a young woman who left Belgium to go living with her husband and her child among Daesh fighters in Syria

Laura Passoni est une jeune femme belge d’origine italienne. Laura Passoni a été condamnée le 23 mars 2016 (le lendemain des attentats de Bruxelles) à trois ans de prison avec sursis probatoire pour « participation aux activités d’un groupe terroriste ». C’est son histoire qu’elle nous compte avec l’aide et le soutien de Catherine Lorsignol, une des journalistes d’investigation les plus célèbre en Belgique. Une histoire d’une banalité totale, à faire peur, une histoire qui peut arriver à n’importe quelle jeune femme de notre entourage. Bien sûr, Laura Passoni peut passer pour vieille par rapport aux filles de 15 ans qu’elle croise avec leurs maris en Syrie, mais c’est quand même l’histoire d’une jeune (...)

lire la suite »

Un film de l’ESMA nommé aux Oscars....Catch it c’est son nom !

Tout le monde aime !

Relax and enjoy it !

« Les films réalisés par les étudiants de l’ESMA sont aux films d’animation ce que » ... STOP !, NON, quel style pompeux, prétentieux, amphigourique, çà commence mal, lourdingue, grotesque, pourquoi ne pas dire tout de suite que c ’est du bon, du très bon, du lourd, de l’or en barre ! C’est pourtant simple, non ? Oui, c’est vrai ! C’est même parfait et maîtrisé. Techniquement impeccable, il n’y a pas photo (enfin si j’ose dire...). Et le scénario est consensuel à souhait, alors un commentaire est-il bien nécessaire ? Non, n’est-ce-pas ! Aussi laissez-vous donc aller et amusez-vous à voir ce film, tout simplement et sans retenu ! Juste un mot, encore un (« juste un instant monsieur le bourreau... ») , çà (...)

lire la suite »

Georg-Wihelm Pabst tourne L’Atlantide de Pierre Benoit en 1932

Un best seller mondial mis en image par un des maîtres européens du cinéma

A world famous French writer and an Austrian filmmaker

Certains romans semblent prédestinés à être adaptés au cinéma. Ils datent, généralement, de moins de deux siècles, à l’instar du : « Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde, transposé par Albert Lewin en 1945.* Peut-être pourrait-on dire qu’ils ont, au moins, un point commun : faire appel à l’inconscient du lecteur, devenu spectateur, dans l’espoir qu’il transfère et recrée l’œuvre dans son mental. Ce qui implique, pour le cinéaste, l’inclusion de ce que nous nommerons l’élément fantastique nécessaire à l’expression de ce qui n’existe pas, dans le sens que donnait Jean-Jacques Rousseau au terme : « rien n’est plus beau que ce qui n’existe pas ! ». L’un des phares du genre est « L’Atlantide » de Pierre Benoit (...)

lire la suite »

« Roma », vraiment excellent ce thriller !

Mirko Zilahy, un grand auteur de romans policiers est né

An astonishing thriller, such a talented author

Il ne fait pas beau tous les jours à Rome, parfois il pleut et même beaucoup, jusqu’à provoquer des débuts de crue du Tibre. Cette pluie, cette grisaille est une parfaite toile de fond pour ce thriller. Le moins que l’on puisse dire c’est que tout y est gris, à la limite de la dépression. Dépression qui ravage le héros le commissaire Enrico Mancini depuis la mort de sa femme Marisa. Rien strictement rien ne peut le faire sortir dans la prison dans laquelle il s’est enfermé. Rien si ce n’est peut-être de retrouver Mauro Romani, l’oncologue qui a essayé de sauver sa femme qui a mystérieusement disparu. Mais le préfet de police connaît ses qualités professionnelles et ses connaissances dans le profilage (...)

lire la suite »

Le Sourire du monde de Stéphane Pellet-Perrier, un moment de fraîcheur

A mi-chemin entre poésie et nouvelles philosophiques

A go between book, a poetry and philosophical essay. Smile : spring of happiness

Stéphane Pellet-Perrier aime écrire. Dés qu’il le peut, il écrit. Et il écrit qu’il écrit. Stéphane Pellet-Perrier pense. Et il écrit qu’il pense. Le résultat de ses pensées restituées par écrit est Le Sourire du monde. Une écriture minimaliste, des aphorismes, des quasi proverbes, de très courtes histoires qui essaient de capter un moment, un ressenti, des impressions de lecture (pas obligatoirement des écrivains les plus connus) d’écoute de musique (aussi bien classique que pop en passant par le jazz), une vraie tendresse pour les enfants et surtout ses deux filles. Et un fils conducteur : l’optimisme symbolisé par le sourire, l’optimisme qui fait pleurer tant il permet de percevoir la beauté du monde. (...)

lire la suite »

Le retour attendu du groupe virtuel britannique Gorillaz avec l’album Humanz

Un succès planétaire

Gorillaz, virtual and fantastic !

Juste avant le 21e siècle, les deux acolytes Albarn et Hewlett ont été « tron’isés », aspirés par leur création, préfigurant l’avénement de notre société dans la transposition virtuelle de nos vies au travers de 4 personnages animés 2D, Noodle, Murdoc et Hobbs avatars d’humains, singes, zombies, artistes. Avant eux, certains artistes ont testé l’experience de jouer avec le virtuel, avec une réalité parallèle. Que cela soit Bob Hopskins (Qui veut la peau de Roger Rabbit), Michael Jordan (Space Jam) qui sont projetés dans un univers cartoonesque ou Arnold Schwarzenegger (Total Recall) et sa mise en rêves contrôlés, il faudra attendre Tron et ses disciples francais Daft Punk pour voir les créateurs absorbés (...)

lire la suite »

Philippe Chevalier, un humoriste avec un vrai talent de plume

Savoureux, bien vu, drôle à souhait, bien écrit, un rien égrillard

A famous and popular humorist

Qui ne connaît pas Philippe Chevalier et son acolyte sur scène Régis Laspalès ? Un des meilleurs duos comiques de ces dernières années qui sait si bien caricaturer les traits de notre société autour, essentiellement, de ce que Reiser appelait la « bofitude ». Et un des symboles du « bof » est le beau-frère de Philippe Chevalier quincaillier dans la Creuse et spécialiste de la vente d’asticots. Ce beau-frère, même s’il n’est pas le fil conducteur, réapparaît pour notre plus grand plaisir, dans plus d’une de ses chroniques. Nous savions que Philippe Chevalier avait de l’humour, en outre de l’humour de répartie dont il a su faire montre aux« Grosses têtes » de son mentor Philippe Bouvard, mais ce que nous (...)

lire la suite »

Coup de coeur autour d’un Dimanche à la campagne de Bertrand Tavernier

Quand le temps se fige dans son apothéose

Such a delicate and beautiful movie

Bertrand Tavernier (né en 1941, à Lyon) est un homme de culture passionné de cinéma, dont il deviendra un des meilleurs metteur en scène, au plan national d’abord, internationalement ensuite. Critique de cinéma, il aborde la réalisation d’un long métrage en 1974 avec « L’horloger de Saint-Paul », essai intéressant, avant de connaître le succès l’année suivante(1975) grâce à « Que la fête commence ! ». Cette première réussite sera suivie de bien d’autres, y compris trois œuvres exceptionnelles : « Coup de torchon » en 1981, « Capitaine Conan » en 1996 et « Un dimanche à la campagne » en 1984, notre sujet. Ce dernier présente un aspect calme, nostalgique, contrastant avec les trois autres où l’action domine. C’est (...)

lire la suite »

« Ta vie en éclat », un récit dur, déchirant et tendre de Plana Radenovic

Telle une psychanalyse flottante et déchirante

From alcoholic depression to love

2015, Nathalie qui va avoir 58 ans décède à Évreux, dernière étape de sa vie pour le moins chaotique. Sa fille aînée, Plana, raconte sa vie avec sa mère. Sa mère, infirmière dans un hôpital à Paris, sa mère qui tombe amoureuse d’un immigré serbe, de leurs amours naîtra Plana, petite fille qui ne connaîtra que peu ce père marginal, qui va suivre sa mère dans ses déménagements et ses amours : l’un qui aboutira à la naissance d’une petite sœur, puis un autre avec une nouvelle sœur mais permet de réaliser le rêve de sa mère : habiter un appartement haussmannien dans le quartier du Luxembourg. Mais son médecin de mari est comme elle, ils sont tous les deux alcooliques. Déjà que Nathalie avait une vie de marginale, elle (...)

lire la suite »

Quand le mystère du vol MH370 de la Malaysian Airways devient un polar

Attention, mettez vos ceintures, çà bourlingue fort !

From front page news stories to a spy and intelligence thriller

Gérard de Villiers est décédé. La série des S.A.S a connu une fin. Le prince Malko s’est définitivement retiré dans son château en Autriche. Ça c’est ce que nous pensions et quelque part nous nous trompions. Enfin pas tout à fait, mais quand même, un peu. En effet Morbraz vient de créer un nouveau personnage le prince Marko, de noblesse autrichienne ayant un château à entretenir dans ce beau pays. Aussi pour financer les réparations et payer le salaire de son majordome turc, accessoirement ancien tueur à gage, il travaille comme contractuel pour la CIA mais seulement dans des affaires dans laquelle cette vénérable institution patauge quelque peu ou ne veut pas apparaître directement. Si j’ajoute qu’il (...)

lire la suite »

A Aix-en-Provence la Collection Planque à Granet XXe siècle s’enrichit

Une vingtaine d’ oeuvres d’Alexandre Hollan et Claude Garache à découvrir dans la chapelle des Pénitents blancs

New acquisitions for Musée Granet within the Planque Collection

« L’œil de Planque », Hollan - Garache Solliciter des artistes vivants que le collectionneur Jean Planque aurait aimé voir exposés avec sa fabuleuse collection, voilà une mission que tient à cœur le Conservateur de la Collection Planque, Florian Rodari. Au deuxième étage de la Chapelle du XVIIe siècle joliment rénovée, extension du Musée Granet inaugurée en 2013, sont exposées les œuvres d’Alexandre Hollan et Claude Garache. Tous deux ont effectué de généreuses donations à la Fondation Planque, dont ils admirent l’ensemble des tableaux réunis par le collectionneur suisse. Le premier a connu Jean Planque, le second n’a pas eu cette chance, mais à découvrir son œuvre, on ne doute pas un instant qu’il aurait (...)

lire la suite »

The Gift, un film d’animation chilien de Julio Pot

Une grande sobriété, un résultat très sympathique

A Chilean animation movie

Un mot, un rien, un tout petit rien peut bouleverser, peut transformer le monde, et comme disait Napoléon « un croquis vaut mieux qu’un long discours », et l’animal s’y connaissait en tactiques et en surprises ! Alors voilà tout simplement un dessin animé, quelques minutes de simples bonheurs, de ces petits riens qui font les chansons, qui sont l’air que l’on respire et les parfums qui nous émeuvent. L’auteur de ce film d’animation est chilien, il s’appelle Julio Pot. Le titre de son film est en anglais : « The Gift », le don, l’offrande. L’histoire est simple, une bluette, une rencontre, l’amour ! Les moyens graphiques demeurent sobres, il n’empêche que le résultat est une réussite. Des personnages (...)

lire la suite »

Les Fous couronnés ou l’Histoire sous la lorgnette d’Augustin Cabanès

Rois et monarques en fièvres et délires

Madness in History among Kings and Queens and Tsars too

Les éditions Jourdan viennent de rééditer le livre du journaliste et médecin Augustin Cabanès, Fous couronnés datant de 1932. Un classique du genre tout comme le furent les Histoires d’amour de l’Histoire de France de Breton. Il est certain que ce genre a quasiment disparu de l’actualité historique : une succession d’anecdotes, souvent à charge, souvent coupées de leur contexte, sans véritable analyse du contexte historique, économique, social de l’époque, sans vraiment s’intéresser à la culture, aux inconscients de l’époque. On parle de faits mais on les juge par rapport à l’univers culturel de celui qui les rapporte. On connaît les limites d’un tel exercice : dans le passé il n’y avait que des « barbares (...)

lire la suite »

Oswaldo Guyasamin, une peinture qui prend au coeur et touche aux tripes

Peintre équatorien

De dolor y muerte, de tristeza y amor

La longue histoire de l’art moderne commence à Paris, vers 1900. Peu avant 1914, il se répand dans toute l’Europe puis aux États-Unis. Dans les années vingt, son poison se disperse dans le monde entier, provoquant la création d’innombrables « écoles locales » qui l’interprètent à leur manière, c’est-à-dire en l’adaptant à leurs traditions et à leurs cultures intrinsèques. Le bouleversement est complet : partout l’art classique cède la place à la révolution moderne. Mais, contrairement à ce qui s’est passé en France, la plupart de ces artistes novateurs de pays lointains suivent les cours des académies des beaux-arts, avant de larguer les amarres et de se lancer dans la grande aventure contemporaine. Un des (...)

lire la suite »
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes