lundi 14 janvier 2019
 

Mais qui donc est ce tankiste au coeur tendre de la Libération de Paris

Raymond Voinquel : le roman d’une photo

A French romance on Liberation Day

Ayant consacré, sur Wukali, un article au célèbre photographe de cinéma Raymond Voinquel (1912-1994), nous y renvoyons le lecteur pour tout ce qui est élément biographique. Entre 1940 et 1944, il travaille au Studio Harcourt. Il est donc aux premières loges, en août 44, lorsque Paris se soulève contre l’Occupant. Dans l’euphorie de ces jours d’exaltation, il va être un témoin privilégié de la Libération, de l’insurrection de la Préfecture de Police à la marche triomphale du général De Gaulle sur les Champs-Élysées. Il réalisera de nombreux instantanés dans la ville insurgée. Ses clichés sont les documents photographiques les plus importants de ce moment d’Histoire, si unique. Certains ont été pris sous le feu (...)

lire la suite »

Le Piano-chat, un instrument de musique diabolique et cruel

Un film d’animation australien raffiné et sensible

Besides the feline outlook

Commençons, une fois n’est pas coutume, par le générique de ce film australien sorti en 2009, The cat piano (en français le piano chat), il est signé Eddie White et Ari Gibson, le récitant s’appelle Nick Cave, quant au poème qui le structure, il a aussi été écrit par Eddie White . C’est un film charmant, attachant, raffiné, élégant et délicat, au style et à l’écriture subtilement élaborés, il sait développer des atmosphères, des univers de couleurs, faussement froides, bleus, de Prusse ou outremer ou charnellement torrides et sensuelles rouge sang de taureau. Des scènes en monochromes qui se plaquent sur un poème comme affectionnent les publics anglophones, des petites histoires d ‘essence cocasses, dites (...)

lire la suite »

La barque de Dante, oeuvre par laquelle Eugène Delacroix se fit connaître

Une oeuvre enracinée et prometteuse

His first painting that propelled him straightforwardly to fame and success

Eugène Delacroix (1798-1863) est un peintre universellement connu dont nous avons parlé à maintes reprises :« Autoportrait au gilet vert », « La liberté guidant le peuple », « Le portrait de Georges Sand », « Les carnets du Maroc », illustrations du Faust de Goethe ... Nous renvoyons le lecteur à ces études parues dans Wukali pour tout ce qui concerne la biographie de l’artiste. C’est un surdoué car il possède des aptitudes multiples : en peinture, en littérature et en musique. D’abord hésitant, c’est « Le radeau de la Méduse » de son aîné de sept ans Géricault, au salon de 1819, qui décide de sa vocation : il sera peintre. Si Géricault fascine Delacroix au point qu’il posera pour « Le radeau de la Méduse (...)

lire la suite »

Peine perdue, un petit bijou psychologique signé Kent

Une approche littéraire subtile et complexe

An exquisite psychological novel

Vincent Delaporte est un musicien, admirateur de Haydn, claviste et compositeur. Jeune, il était intransigeant quant à la qualité de sa production, mais avec le temps, il est allé vers « la facilité », préférant être musicien d’orchestre, passant son temps en tournée avec le succès et l’argent facile, les filles différentes toutes les nuits, une insouciance qui s’accorde mal avec la création. Tout en continuant cette vie, il finit par se marier avec Karen, une artiste qui a percé dans le domaine du street art, essentiellement pour la fête et la couverture médiatique. Et puis un jour, Karen se tue dans un accident de voiture. Vincent n’arrive pas à comprendre pourquoi il ne s’effondre pas, pourquoi cette (...)

lire la suite »

Avec Agnès Pétreau du théâtre pour jeune public… adopté par les parents

« 11 à table », un théâtre, vif, alerte, intelligent

When theater for young audiences obtains its nobility title

A l’origine de la commande de cette pièce, « 11 à table », le Festival Kidélires de la Roque d’Anthéron. La dernière création d’Agnès Pétreau a été jouée dans le cadre d’une sortie de résidence à la salle des Capucines au Figons, Commune d’Eguilles, partenaire de Kidélires. C’était le 12 décembre dernier et sans doute le début d’une belle aventure. Coup de cœur immédiat. La comédienne et metteur en scène provençale nous faisait découvrir une pièce sensible et attachante, pour les jeunes, certes, mais aussi joliment truffée de références pour les adultes. On entre à petits pas feutrés dans la maison d’une famille d’accueil, une maison qui devient vite la nôtre. Le Metteur en scène est directrice artistique de la (...)

lire la suite »

Dans Une jeunesse en fuite Arnaud Le Guern revient sur son histoire familiale

Réminiscences, délitement du temps, se sentir coupable

Remembrance and analytical constructions as some sort of a novel

Une jeunesse en fuite, le dernier livre d’Arnaud Le Guern sort en librairie : Roman ? Mémoires ? Recueil de souvenirs ? Variations sur le passé, sur ses blessures ? Sur les cicatrices qui nous marquent dans notre présent ? Bilan intermédiaire dans une vie ? Acceptation de soi, de ce qu’on est devenu ? Avec bien évidement un regard réaliste sur l’avenir et le vieillissement inéluctable. C’est tout cela à la fois, une continuation somme toute normale de son précédent livre « Adieu aux espadrilles ». L’auteur est dans la banlieue de Brest, sa ville natale, en vacances avec sa fille et une amie de cette dernière, chez ses parents. Il y est pour commencer à écrire son prochain roman pendant que les deux (...)

lire la suite »

Le dernier roman d’Hervé Le Corre sur fond de Commune de Paris

Hervé Le Corre saisit au scalpel, les tours et détours de l’âme humaine sans se soucier du temps historique. Du grand art !

Hervé Le Corre, a brilliant thriller writer. The action of his last book takes place in 1871, a glaucous period of French History, when took place in Paris a civil war named La Commune

Tous les amateurs du romans noirs français connaissent Hervé Le Corre, un des auteurs le plus talentueux en ce domaine. Dans son dernier livre, « Dans l’ombre du brasier », et contrairement à bon nombre de ses précédents titres, l’intrigue ne se déroule pas dans la région bordelaise, mais à Paris, et pas à n’importe quelle époque puisqu’il s’agit de 1871. Tout de suite, on pense, et ce à juste titre à la Commune, à cette guerre civile qui déchire, non la France, mais la capitale contre les forces « réactionnaires », les versaillais menés politiquement par Thiers et militairement par le maréchal Mac Mahon (deux des premiers présidents de la République), sous les yeux des forces prussiennes. L’action se déroule (...)

lire la suite »

Les lys de sang, deuxième volet du roman de Patrick Pesnot consacré aux Médicis

Un roman haletant pour vous faire aimer l’histoire, celle de Florence

At the Medicis Court in Florence, in the company of Prince Cosimo

On se souvient que dans les colonnes de Wukali j’ai fait la recension critique de La Rose et le Bourreau de Patrick Pesnot. Ce dernier, grand reporter de formation, créateur de l’émission « culte » « Rendez-vous avec X » fit les beaux jours (enfin les samedis) de France Inter. Depuis, il met son talent d’écrivain au service des romans historiques. Voilà que les éditions de l’Archipel publient (en format poche) le second opus de la trilogie qu’il consacre aux Médicis. Les lys de sang couvrent essentiellement le « règne » de Cosimo Ier, l’arrière petit fils (par sa mère) de Laurent le Magnifique, celui qui porta Florence au fait de sa puissance, celui qui, le premier, porta le titre de Grand-Duc. (...)

lire la suite »

Michael Jackson au Grand Palais à Paris- Pop save the King

De l’influence de l’artiste sur la création artistique contemporaine

The King of Pop now in Paris

Après Londres et la National Portrait Gallery, l’exposition consacrée à Michael Jackson On the wall, s’est installée jusqu’au 14 février au Grand Palais à Paris. Voila s’il en est une intéressante opportunité de visite, car que l’on ne s’y trompe pas, cette exposition sur le « Roi de la Pop » (The King of Pop) (1958-2009) n’est pas un énième hommage, une hagiographie, à l’un des plus grands artistes américains de variété de son temps, mais constitue bel et bien une tentative d’essai artistique sur le rayonnement de l’artiste dans la sphère des arts, sur sa« modernité », en tous cas tel est le sens de l’exposition qu’a voulu mettre en valeur Nicolas Cullinan, directeur de la National Portrait Gallery à l’origine (...)

lire la suite »

Luxna, un petit pas sur la Lune

Rêverie sélénique...

A charming animation, from children’s dreams to reality

Oui Très cher Savinien Cyrano de Bergerac, la Lune fait encore rêver... Un rêve d’enfant accompli, un parcours, un saut fabuleux de l’humanité. Aujourd’hui c’est la Chine qui explore la face cachée de la Lune, avec un grand « L », oui Madame...! Quant à la Nasa, elle a réussi à envoyer une sonde à proximité d’Ultima Thulé, un corps céleste distant de 6,5 milliards de kilomètres de la Terre. Fa-Bu-Leux ! Je me rappelle, c’était durant l’été en juillet 1969, le 21 juillet très tard dans la nuit, aux alentours de 4h, j’étais étudiant alors et avec mon amie Gunhild venue de Suède pour les vacances, nous avions veillé pour voir ces incroyables images en noir et blanc, en direct à la télévision, la sortie de Neil (...)

lire la suite »

Terezin, antichambre d’Auschwitz, les musiciens juifs et les nazis

La mystification nazi sur un « camp modèle ». « Der Führer schenkt den Juden eine Stadt »...

Jewish musicians detained in Terezin and slaughtered in Auschwitz

In memoriam Georges Masson. Leurs mémoires auxquelles on rendit tardivement hommage… On a occulté pendant quatre, voire cinq décennies après la Seconde Guerre mondiale, tout un pan de la création musicale de compositeurs juifs proscrits par le régime hitlérien et dont les œuvres avaient été écrites et jouées dans des conditions très particulières dans les camps de concentration et plus spécialement celui de Theresienstadt appelé aussi Terezín, situé à 50 km au nord de Prague. Jusqu’à ce que l’on ressuscite progressivement les œuvres de ces musiciens qui les ont composées dans leur ghetto ou auparavant, et dont on a peu à peu honoré la mémoire que l’on célèbre à l’occasion de chaque anniversaire (...)

lire la suite »

Tout sur Franquin le génial dessinateur de Spirou et de Gaston Lagaffe

Un univers de fantaisie, des personnages hors du commun

A cartoonist and illustrator author of so many fantastic characters and comic strips in all minds

Il est des artistes que l’on a peur de commenter tellement l’angoisse étreint l’analyste artistique. Et quand il s’agit du plus génial dessinateur de BD, toutes catégories confondues, la panique menace : Franquin a suscité tant d’exégèses... Que dire, sans rabâcher les mêmes superlatifs ? Comment apporter un regard, un peu, neuf ? C’est une gageure, la terreur du gardien de but au moment du penalty tiré par Pelé, le plus talentueux footballeur à ce jour... Nous n’écrirons pas un article biographique ou historique. Nous nous contenterons de quelques réflexions surannées, de quelques commentaires mélancoliques sur un temps révolu. Nostalgie quand tu nous tiens... Franquin (1924-1997) était le fils d’un (...)

lire la suite »

Bar aux Folies Bergères, un chef d’oeuvre de Manet analysé à la loupe

Silence de la peinture dans le brouhaha de la salle enfumée et des lumières qui scintillent.

Pure beauty

On ne présente pas Édouard Manet (1832-1883), génie pictural universellement connu dont les travaux figurent dans les plus importants musées du monde. Les quelques œuvres, encore en mains privées, que l’on vend parfois en salles des ventes, s’arrachent à prix d’or. C’est un personnage incontournable de l’histoire universelle de la peinture. Issu de la grande bourgeoisie parisienne, il en montre les qualités comme les défauts. Ce qui transparaîtra dans ses créations, à l’instar de celle-ci : « Un bar aux folies-bergères », célèbre café-concert de l’époque. Ce tableau de 1881/82 est une huile sur toile de dimensions : 96 cm de hauteur sur 130 cm de longueur. Il est conservé au Courtauld Institute de Londres. (...)

lire la suite »

Hommage à Gerrit van Dijk, réalisateur hollandais de films d’animation

Un véritable styliste du dessin

A Dutch filmmaker

Gerrit van Dijk (1938-2012) est un grand maître hollandais du film d’animation et pour ceux qui ne le connaitraient pas, un passionné de dessin. Dans ce film Pas de deux, réalisé avec Monique Renault, en 1988, c’est à un carrousel graphique auquel ces deux réalisateurs se livrent . Le crayonné, la touche de couleur, la caresse à peine posée du pinceau d’aquarelle, les frottis, la finesse du trait, la superposition et la multiplication des images qui créent le mouvement, un charivari extravagant de personnages qui se succèdent en dansant, une véritable jubilation de l’écriture graphique comme un plan séquence où se juxtaposent et se succèdent différentes célébrités historiques ou contemporaines, (...)

lire la suite »
Articles précédents : 0 | 14 | 28 | 42 | 56 | 70 | 84 | 98 | 112 | ... | 2394
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes