lundi 25 septembre 2017
 

« Le Processus », un film d’animation signé Philippe Grammaticopolos

Un dessin vaut mieux qu’un long discours disait Napoléon

No words nor vocabulary are requested to understand this excellent animation movie dealing about totalitarianism and the negation of individual liberty

Le Processus est le premier film de Philippe Grammaticopolos, scénario de Xavier de l’Hermuzière, il date de 2001 ( Supinfocom/ Valenciennes). Un film intéressant à maints égards et cela tant par le traitement narratif de l’histoire, pour ses indéniables qualités graphiques (alternance de noir et de blanc), que pour son exceptionnelle bande musicale due à Yvo Malec L’histoire est simple, banale même, de cette banalité qui a servi de matrice à cette horrible vingtième siècle et ses régimes totalitaires : communiste, fasciste, nazi, stalinien, maoïste... L’individu n ’existe plus, il est broyé, insignifiant, négligeable, à peine un matricule, un numéro de registre administratif, pire, de camps. La (...)

lire la suite »

Iconographie de Salomé. 2 Le Baroque

L’acmé d’une érotisme sensuel, sadique et cruel

The influence of Caravaggio

Salomé, un personnage, un thème iconographique qui traverse le temps, la 1re partie traitait du Moyen-Âge et de la Renaissance, en voici la suite consacrée au Baroque. Une approche sélective et riche d’un corpus vaste sur un sujet qui a déclenché les passions et suscité les imaginaires. Changement complet d’esthétique au tournant des XVIe -XVIIe siècles avec Michelangelo Merisi da Caravaggio dit Le Caravage (1573-1610) : dénuement dans les costumes et décors minimaliste, mais effet théâtral porté au paroxysme, en particulier par la technique du clair-obscur ( Salomé 1607 et 1609). Dans sa Décollation de Jean Baptiste (1608) l’artiste s’est peint en martyr, et c’est de sa carotide que gicle le sang sur (...)

lire la suite »

In Memoriam Maria Callas, 40 ans déjà...

Hommage sensible à une diva inégalée

One of opera’s greatest singers, this September marks the 40th anniversary of her death

Il y a quarante ans disparaissait Maria Callas (1923-1977). Ce fut une surprise douloureuse pour tous les mélomanes qui caressaient encore l’espoir chimérique de pouvoir la voir un jour sur scène. Après tout, elle n’avait pas encore atteint l’âge de 54 ans. Ne savais-tu donc pas, comédienne imprudente, Que ces cris insensés qui te sortaient du cœur De ta joue amaigrie augmentaient la pâleur ? Ne savais-tu donc pas que, sur ta tempe ardente, Ta main de jour en jour se posait plus tremblante, Et que c’est tenter Dieu que d’aimer la douleur ? À la Malibran (1850) Alfred de Musset Dans les années précédentes, elle avait, un temps, retrouvé le chemin des studios d’enregistrement et même, en (...)

lire la suite »

Le groupe du Laocoon au musée du Vatican

Un traitement époustouflant du rendu anatomique des corps, une architecture spatiale admirablement bien maîtrisée

A master piece in sculpture originated from the story of a hero of the Trojan war

Rappelons que la légende mythologique de Laocoon (en grec ancien Λαοκόων) est racontée par Homère dans l’Iliade : Laocoon est un Troyen, un prêtre de Poséidon qui met en garde ses compatriotes contre le cheval de bois abandonné par les Grecs (Timeo danaos et dona ferentes d’illustre mémoire, Je crains les grecs, même lorsqu’ils apportent des présents). Deux serpents monstrueux sortent alors de la mer, se jettent sur les deux fils de Laocoon qu’ils massacrent, puis sur le prêtre qui se précipitait au secours de sa progéniture. Les Troyens, effarés et croyant avoir à faire à la vengeance d’Athéna outragée, décident alors de faire entrer le cheval à l’intérieur de l’enceinte... La suite est connue ! Il s’agit (...)

lire la suite »

Catherine Scapula, « Agnus Dei », un roman d’amour et de larmes

La Corse, mère nourricière et ingrate

Corsica , the location place of this beautiful novel

Je ne peux qu’inciter les lecteurs de Wukali à rechercher dans les archives du site la recension critique que je fis du dernier (et toutefois premier) livre de Catherine Scapula : Stabat Mater Dolorosa. Il est certain que je puis réécrire au mot près plus des deux tiers de cette chronique. Ce n’est pas que l’histoire soit la même, loin de là, on passe d’une famille de 6 enfants à un homme solitaire, mais le fond, lui est identique. Il y a cet arrière plan : la Corse, l’Île avec un I majuscule, ces personnages « qui ne peuvent imaginer vivre ailleurs, on finit par se diluer en elle », la mort et surtout la violence toujours aussi omniprésentes, la mère, sorte de déesse vivante qui écrase sa (...)

lire la suite »

Spiritus Mundi de Mahrk Gotié, un roman à clé, mais laquelle ?

Vaticinations romanesques

Difficult to comment

Spiritus Mundi de Mahrk Gotié, qu’est-ce que ce livre ? Voilà la question que je me suis posé tout au long de sa lecture et que je me pose toujours après l’avoir achevé. Et même maintenant que je suis derrière mon ordinateur pour en faire la recension critique, je me la pose encore. Est-ce un rêve ? Une écriture sous produits psychotiques ? Un roman initiatique ? Une fable philosophique ? Un des avatars surréalistes ? Un livre de science-fiction ? Une approche détournée et non moins originale de la philosophie bouddhiste avec ses cycles de réincarnation jusqu’au nirvana ? Je n’arrive vraiment pas à me faire une idée. Peut-être qu’un lecteur plus éclairé, plus lucide que moi pourra m’informer. Sarah, (...)

lire la suite »

Iconographie de Salomé. 1 Du Moyen-Âge à la Renaissance

Légende et mythe

A provocative female character who inspired generations of artists all over art history

Salomé, Salomé méprisée, conspuée, condamnée ! Mais Salomé adorée... ! Une phrase qui pourrait résumer quinze siècles d’iconographie, de la Salomé diabolique du Moyen Âge à la muse des symbolistes et déesse des décadents. Parmi ces (dizaines de ?) milliers d’images, quelques centaines sont citées dans cette étude. Avec parfois un commentaire. « On doit toujours s’excuser de parler peinture », déclarait Paul Valéry… Quelle frustration en effet d’entendre dire et ne pas voir ! Valéry ajoutait cependant : « mais il y a de grandes raisons de ne pas s’en taire ». Le sujet est si vaste aussi nous y consacrerons quatre articles. Le Moyen Âge Depuis François Truffaut, on sait que le papier brûle à 451° Fahrenheit, mais (...)

lire la suite »

« Rubato », ESMA une grande école d’art et d’animation

Un violoncelliste, un métronome, un chien, des chenapans et Paris !

Enjoy this charming French animation movie, besides you have an English version, isn’t beautiful ?

Ne le sauriez-vous point, j’ai une affection particulière pour les films d’animation réalisés par les étudiants de l’ESMA. Je devrais ajouter pour être juste que je suis très sensible à la qualité des productions des écoles françaises d’animation, celle des Gobelins par exemple, et ce n ’est point un hasard si les producteurs américains, les grandes maisons telles Pixar ou Disney, recherchent ici dans notre pays des spécialistes parmi les si nombreux talents qui ont été formés et qui y opèrent. Mieux encore elles ont carrément ouvert des studios de production en France dotés d’immenses budgets pour concevoir de A à Z ces grands films qui enchanteront la planète. Elles y emploient d’ailleurs des centaines de (...)

lire la suite »

Gaspard Proust, maestro du stand up en tournée dans toute la France

Un humoriste insolent, décapant, fin et passionné oui de musique classique

An intelligent show, or when a humorist reveals his love for classical music, not that common isn’t it ?

On dit de Gaspard Proust qu’il peut tout se permettre. Ce maître de l’humour noir, insolent et désabusé, était ce jeudi 14 septembre au Grand Théâtre de Provence d’Aix en Provence, pour justement se permettre encore plus dans un domaine où on ne l’attendait pas, la musique ! Il a un style bien à lui et, il faut bien l’avouer, il est unique et brillant ce quadra, qui sous ses airs détachés et irrévérencieux, sait se montrer généreux. En effet, il partage la scène avec une élite de musiciens classiques pour notre plus grand plaisir. Déjà, un grand merci à lui d’avoir réuni ces solistes à la carrière internationale, qui visiblement, sont heureux de jouer ensemble et de se faire parfois malmener, et même (...)

lire la suite »

Giuseppe Penone à Château La Coste

Arte povera et in vino veritas

Interplaying between man, nature, and art

L’exposition de Giuseppe Penone est à découvrir jusqu’au 26 novembre dans le superbe domaine viticole Château Lacoste au Puy-Sainte-Réparade, tout près d’Aix-en-Provence. Giuseppe Penone. Indistinti Confini - Holona 2016 Marbre, bronze Les œuvres de Penone sont exposées dans la galerie dessinée par l’architecte Italien, Renzo Piano, un espace récemment ouvert dans le domaine. Un bâtiment à la fois sobre et sophistiqué, semi-enterré et cependant très lumineux. Des lignes simples dessinées dans le verre et le béton bruts. C’est superbe. Le pavillon semble se fondre dans le vignoble. Ici, tout est calme, luxe et volupté. A l’intérieur, le pavillon révèle sa double vocation : présenter l’art et (...)

lire la suite »

Salvador Dali et la demande de prélèvement ADN

La science a parlé

Salvador Dali’s alleged daughter’s is a fake

La dépouille de Salvador Dali a du être exhumée pour un test ADN suite à la demande d’une requérante qui est allée en justice et prétendait être la fille adultérine du maître de Cadaquès. Pilar Abel, une vibrante espagnole, voyante cartomancienne, aujourd’hui âgée de 61 ans, prétendait que sa mère avait eu une relation avec Salvador Dali, et qu’elle en était la fille. L’affaire a débuté en 2015. Après de longues arguties juridiques, et rencontrant l’opposition farouche de la Fondation Gala-Salvador Dali, les juges de Madrid ordonnèrent donc que la tombe du peintre fût ouverte à fins de prélèvements de matière organiques ( ongles, peau,et deux os longs). Il fallait pour cela soulever la pierre tombale lourde (...)

lire la suite »

Les Latinos Vs Donald Trump, un court-métrage plein d’humour 2nd degré

Donald Trump alias Robocop

Donald Trump depicted as an evil hero in a latino short movie

Une fois n’est pas coutume, une petite infidélité à une tradition bien établie mise en place dans Wukali, voici ce samedi en lieu et place du film d’animation, un court-métrage. Je joue sur les mots me direz vous car parfois dans des festivals de cinéma par exemple, films d’animation et courts-métrages sont passablement mélangés et intriqués dans la même catégorie, bref ! Actualité oblige si j’ose ainsi dire ( elle a bonne mine non, l’actualité ! ) un film consacré à Donald Trump, un petit bijou d’humour noir ou plutôt négro car ce film est latino, uruguayo-mexicain en quelque sorte, son réalisateur Ale Damiani est uruguayen, la maison de production est mexicaine avec des filiales dans toute l’Amérique du (...)

lire la suite »

Edgar Degas, la petite danseuse de 14 ans

Une sensibilité, une sensualité infinie à fleur de peau, à fleur de bronze

A masterpiece by Edgar Degas

Edgar Degas (1834-1917) est essentiellement connu comme peintre. Pourtant, il fut aussi graveur, dessinateur et sculpteur. A son décès, on découvrit dans son atelier 150 sculptures. Dans l’ensemble, elles marquaient presque toutes ses recherches de mouvement : même les figures statiques offrent une tendance naturelle au mouvement car les corps des modèles sont étirés par la tension interne qui les électrise, les courbe, les soutient dans des positions acrobatiques complexes. Elles se concentrent sur deux sujets principaux : les chevaux et les danseuses. A l’origine, Degas utilisait ses sculptures pour bien fixer les mouvements. Elles étaient constituées de matériaux divers : tissus, terres, (...)

lire la suite »

Le Torse de Milet, chef d’oeuvre de l’art grec au Louvre

La beauté de la sculpture archaïque grecque

A famous male nude in the Greek Early Classical period exposed in The Louvre museum

L’art grec a connu un long développement s’étendant sur plus de quinze siècles, depuis l’époque minoenne et les palais crétois. On le divise en quatre périodes : les débuts (du minoen à l’âge du fer), l’archaïsme, le classicisme et l’époque hellénistique. Ces quatre périodes ont produit des chefs d’œuvre, d’aspects très variés. Au début de la période archaïque, les artistes grecs trouvèrent leur inspiration chez les sculpteurs de l’Égypte pharaonique. Ces derniers avaient créé un style de représentation humaine immuable : personnage de face, les deux bras le long du corps, les jambes esquissant un pas de marche et axe de frontalité. C’est de là que partirent les recherches grecques. Nous allons observer celui connu (...)

lire la suite »
 
 
A propos de Wukali
WUKALI se veut une certaine idée de l’art, c’est à dire du plaisir de la connaissance, ce besoin fusionnel et intemporel de l’amour du beau qui nous rend tous plus humains, une autre perception de la communication et de l’information culturelle (...)
En savoir plus »
Thèmes